Partager

La délégation a rendu visite aux blessés à l’hôpital de Gao, présenté ses condoléances aux familles des victimes avant de remettre une enveloppe de 1,4 million de F CFA à l’hôpital de Gao pour la prise en charge des blessés et 400 000 F CFA aux familles de ceux qui ont trouvé la mort lors de la marche, soit 100 000 F CFA pour chaque famille endeuillée.

« En remettant les 400 000 F CFA, le ministre de l’Administration territoriale, chef de la délégation, pensait qu’il y avait 4 morts, alors qu’en vérité qu’il y a eu 3 morts et 42 blessés. C’est la preuve que le gouvernement ne sait pas ce qui s’est réellement passé à Gao et cela est déplorable », a dit Sadou Diallo, le maire de Gao et président du parti PDES.

« Personne ne peut acheter, ni manipuler la jeunesse de Gao, qui sait ce qu’elle fait », a expliqué le maire de Gao. L’argent donné par la délégation gouvernementale, a-t-il ajouté, ne peut même pas faire les obsèques des victimes dont l’enterrement a eu lieu la semaine dernière à Gao.

Le gouvernement refuse de se prononcer sur la somme allouée à ces familles. « C’est un devoir, une contribution, pas besoin d’en faire étalage ». Voilà ce que l’on répond du côté de la Primature. Les porte-paroles des groupes de résistances civiles, eux, réaffirment leur doléance qu’une enquête indépendante soit menée. Elle a été ouverte il y a une semaine.

L’Indicateur du Renouveau du 20 Juillet 2016