Partager

La fréquentation touristique à Madagascar s’annonce en baisse cette année. Si sa nature sauvage n’a rien perdu de ses attraits, le triple lynchage de Nosy Be dont deux vacanciers ont été victimes et la crainte de troubles avant les élections ont refroidi certains voyageurs.Le pouvoir d’achat des touristes potentiels est aussi un facteur important.Relativement chère, Madagascar est une destination où la durée moyenne de séjour est longue, environ trois semaines. Le tourisme y est encore embryonnaire (260.000 visiteurs en 2012) mais assure déjà 15% du PIB. Près de 60% des touristes à Madagascar viennent de France, y compris l’Ile de la Réunion voisine. Mais « l’île rouge » accueille aussi des Britanniques (3,5% des visiteurs en 2012), des Italiens (3,5%), quelques Américains (1,5%), des Asiatiques (environ 7%). L’Office national du tourisme malgache redoute une baisse de 4 à 5% des arrivées cette année. Le repli a commencé dès février, alors que les élections ont été reportées trois fois.Après plusieurs années d’expansion continue, le tourisme à Madagascar s’est effondré en 2009, victime de la récession mondiale et de la grave crise politique provoquée par le renversement du président Marc Ravalomanana.Les recettes du tourisme et le nombre de visiteurs se sont redressés depuis, sans toutefois retrouver les niveaux précédents.AFP.