Partager

Après les femmes des porteurs d’uniformes, les jeunes enfants des militaires de Kati ont emboité le pas à leurs mamans ce lundi 19 mars 2012. La marche a débuté aux environs de 11 heures à Kati et devrait normalement se terminer au palais de Koulouba. Mais elle fut dissuadée en cours de route par les forces de l’ordre.

La fin du mandat du général-président de la République du Mali ressemble à un conte dont personne ne connait l’épilogue.

Un regroupement des enfants des porteurs d’uniformes a engagé une lutte féroce contre l’insécurité au Nord-Mali et les prises d’otages effectué par les membres du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA). Après la marche du mardi 31 janvier 2012 effectuée par les femmes des porteurs d’uniformes et celle du jeudi 02 février 2012 dénommé ‘’jeudi noir’’, les jeunes enfants des militaires de Kati, eux aussi, veulent se faire entendre.

Plus de 700 jeunes de Kati ont pris part à cette marche y compris les élèves et étudiants qui ont cessé leurs cours pour la cause. Selon notre interlocuteur, la marche est due aussi au non ravitaillement en vivres des militaires maliens qui se trouvent sur le front.

La marche est partie de la ville de Kati aux environs de 11 heures et devrait se terminer au palais de Koulouba, mais elle fut interrompue en cours de route par les forces de l’ordre vers 13 heures. On pouvait remarquer les débris des cailloux sur l’itinéraire de la marche.

Force est de constater qu’au moment de l’intervention des forces de l’ordre, les jeunes marcheurs étaient à bout de souffle à cause de la canicule. « Je marche aujourd’hui parce que je suis furieux, énervé par la barbarie qui se déroule au nord du Mali. Je veux que les prises d’otages cessent et ceux qui sont entre les mains des bandits soient libérés », disait un jeune mécontent.

La marche d’hier a été certes dissuadée par les forces de l’ordre mais vu l’engagement de ces jeunes de Kati, rien ne prouve qu’ils vont lâcher prise en si bon chemin. Comme à l’accoutumée, le président ATT qui a reçu leurs mamans, va-t-il recevoir les enfants aussi ? Les jours à venir nous édifieront plus.

Moussa Samba Diallo / Aguibou Sogodogo

20 Mars 2012