Partager

« Renoncer à l’organisation des élections et consacrer toutes les ressources disponibles à l’objectif majeur de la défense de l’intégrité territoriale et conclure une paix juste ». Telle est la recommandation principale que le parti SADI a formulée à l’attention du Gouvernement malien à l’issue d’une conférence de presse organisée le 15 mars 2012.

A l’issue d’une conférence de presse animée le 15 mars 2012, le parti SADI a conclu à l’impossibilité de l’organisation des élections dans les conditions actuelles. Et, par la voix de Mohamed Ag Akeratane, secrétaire politique, chargé de la communication, le parti SADI dans une déclaration signée par son Président Cheick Oumar Sissoko, a proposé au gouvernement de « renoncer à l’organisation des élections dans ce contexte et de consacrer toutes les ressources disponibles à l’objectif majeur qu’est la défense de notre intégrité territoriale et de notre Unité et conclure une paix juste ».

Le parti SADI a souhaité des concertations avec toutes les forces vives du pays afin de montrer la voie à suivre pour sortir le Mali de la plus grave crise de son histoire politique récente. Mieux, il a exigé la convocation d’une session plénière de l’Assemblée nationale du Mali pour débattre de la question et permettre ainsi aux élus de la Nation de prendre une décision. En plus du renforcement de l’équipement de l’armée malienne, le parti SADI exige que le Gouvernement prenne toutes les dispositions pour informer l’opinion nationale et internationale sur la réalité de terrain. « Notre pays est en guerre et il est honnête de le reconnaître afin d’y apporter une solution efficace et urgente », a déclaré M. Akeratane.

Après avoir réitéré les condoléances du Bureau politique du Parti Sadi aux familles des victimes de cette guerre qu’il a qualifiée d’injuste, il dira que le parti SADI exprime toute sa solidarité et tout son soutien aux soldats de notre vaillante armée nationale. « Notre parti mesure la hauteur du sacrifice qu’ils acceptent dans des conditions défavorables de combat et inégales. Notre parti salue leur héroïsme », a-t-il indiqué. Il a attiré l’attention des journalistes sur le fait que son parti dénonce la non gestion de cette crise par le Chef suprême des Armées et constate le manque de solutions de sortie de la crise. « Le bureau politique du parti SADI est très préoccupé par la politique de l’autruche que mène le gouvernement en essayant de distraire le Peuple du Mali par la tenue au forceps d’élections mal préparées, cousues de fraudes depuis la conception, auxquelles les Maliens ne croient pas », a-t-il indiqué. Il s’est demandé : « Quelle sera la légitimité d’un président élu avec plus des 2/3 du pays en guerre ?»

Et comme il fallait s’y attendre, le parti SADI a exprimé son désaccord et condamne la mise en exécution d’une telle aventure qui conduise le Mali à organiser une passation de service entre le Président Amadou Toumani Touré et son candidat choisi. Par ailleurs, le parti SADI a informé le peuple malien que cette guerre n’est pas une fatalité, mais qu’elle est le résultat d’une gestion calamiteuse depuis 20 ans. « La situation est grave, désastreuse, tragique. Elle est grave en ce sens que l’unité et l’intégrité territoriale sont en jeu. La guerre s’installe. Une partie du pays est occupée par des rebelles », s’indigne M. Akératane. Et, Dr Oumar Mariko de conclure qu’il ne faut pas se voiler la face : on ne peut pas organiser des élections convenable dans cette situation.

Assane Koné

Le Republicain du 16 Mars 2012