Partager

L’alliance de la communauté Arabe du Mali s’est réunie du 03 au 5 juin 2012 à Nebkett Lahwach en Mauritanie pour adopter une position commune face à la crise du nord du Mali. Cette concertation a été mise à profit par des cadres, des notables, des élus, des chefs de tribus et fractions vivant hors de leur terroir traditionnel de se fixer des objectifs. Il s’agit de veiller à la défense et à la préservation, des droits et devoirs légitimes des arabes ainsi que de contribuer à la restauration et à la préservation de l’unité et de l’intégrité territoriale du Mali. En clair, la paix, la laïcité, la sécurité et le développement sont les maître- mots de cette communauté Al Carama.

C’est pour donner d’amples informations sur lesdites assises que l’Alliance a organisé une confépresse à la maison de la presse le samedi 14 juillet 2012. C’était en présence de certains leaders politiques Pr. Younous Hamèye Dicko, Montaga Tall, Moussa Traoré, Abdoulaye Sy et Colonel Youssouf Traoré.

Le président de l’Alliance Mahamed Mohamoud El Oumrani a dit clairement que sa communauté a rencontré le MNLA. C’est sur cette base qu’il a avoué que ce mouvement n’a plus comme revendication l’indépendance. Ainsi, dit-il, il n’ya plus de grand danger pour l’intégrité du Mali. S’adressant aux autorités, il a précisé que le dialogue doit prévaloir avant de dénoncer le manque de cadre de négociation avec les mouvements rebelles.

S’agissant de l’ingérence de la CEDEAO et de la communauté internationale, il a souligné que les problèmes du Mali doivent être réglés au Mali et entre maliens. » C’est de cette façon qu’on va donner une légitimité à la transition » a-t-il ajouté. Et de poursuivre que l’organisation sous régionale et celle internationale doivent avoir un rôle d’accompagnateur et non de gestion. Selon lui, c’est la famille du Mali.

Répondant à la désertion des militaires arabes au sein de la troupe malienne, le secrégé de ladite Alliance Mahamed Ould Mahamoud a évoqué que les bidasses touts grades confondus restent dans la dynamique de la reconquête du territoire. Abondant dans le même sens le porte parole Mohamed Ali clame fort » on est avec le peuple malien s’il est là on est là, s’il n’est pas là on n’est pas là non plus « .Mais auparavant Al Carama dans son communiqué de presse lu par le secrétaire politique Mohamed Fall a fait mention du soutien de toute initiative de résolution pacifique de la crise actuelle par l’engagement d’un dialogue rapide et inclusif avec l’accompagnement des pays du champ, de la CEDEAO et de la communauté internationale. Par la même voix toute la communauté soutient que tout dialogue pour le retour d’une paix juste et durable dans le nord du Mali doit être élargi à toutes les communautés.

Le communiqué fait état des condamnations et des recommandations. Respectivement, le premier s’indigne des pillages, des viols, des vols, des destructions de mausolées et autres atteintes aux droits de l’homme ; le second se projette dans l’avenir en demandant la création d’une commission vérité et réconciliation et l’amélioration de la communication et la sensibilisation des populations sur la crise sociopolitique. Sinon au demeurant, enchaine la même source que l’occupation a créée un climat de panique, de désarroi, de suspicions et d’incompréhensions entre les différentes communautés du nord. La communauté arabe du Mali entend rester dans la logique de la signature du pacte national d’avril 1992.

Namory KOUYATÉ

Le Scorpion du 18 Juillet 2012