Partager

Le jeune Touareg, Mohamed Ag Ibrahim, qui a été arrêté le mercredi dernier à Ségou est loin d’être un vendeur de bétail. De source digne de foi, c’est un déserteur de l’armée malienne qui tentait de rejoindre le Mouvement national de libération de l’AZWAD (MNLA), un groupe de bandits qui sèment aujourd’hui la terreur au Nord Mali.

L’arsenal de guerre dont il s’était procuré en atteste éloquemment : 10 PM ; 5 crosses ; 21 chargeurs et plus de 800 munitions. Des armes qu’on ne trouve nullement dans tous les coins de la rue, encore moins dans nos marchés ordinaires.

D’où provient donc cet d’arsenal de guerre ? En la matière, nos autorités sont catégoriques : pas dans le stock de l’armée malienne. Est-ce à dire donc qu’il existe un vaste réseau de trafic d’armes dont les tentacules se trouveraient jusqu’à Bamako ? Le doute n’est plus permis depuis l’arrestation de ce jeune touareg à bord d’un car d’une grande société de la place. Une arrestation qui a été rendue possible grâce au flair des hommes de Mme Toure Aminata Diallo, commissaire du 10ème arrondissement et non moins épouse de Fodié Touré, le tout puissant président du Syndicat autonome de la magistrature (SAM).

Contrairement à tout ce qui a été écrit et dit jusqu’ à présent, ce n’est pas le Commissariat du 1er arrondissement de Ségou qui est à la base de cette affaire, mais bel et bien les éléments du 10ème arrondissement de Bamako à savoir le commissaire Mme Touré Aminata Diallo, l’inspecteur de police Siaka Traoré et le chef de la police judiciaire, le commissaire Yamadou Goumaré. C’est ce trio infernal qui a permis l’arrestation de ce «déserteur de l’armée malienne» en possession d’un vrai arsenal de guerre.

Comment Mohamed AG Ibrahim a été arrêté
C’est la collaboration franche entre la société de transport de la place et nos forces de sécurité qui a permis de mettre le grappin sur ce déserteur de l’armée. En effet, conformément aux consignes de sécurité en vigueur depuis l’éclatement de la crise au Nord-Mali, une société de transport de la place a alerté le commissariat du 10ème arrondissement de la présence d’un colis suspect dans ses locaux. Un colis appartenant à l’un de ses passagers en partance sur Gao, mais qui n’a pas été embarqué.

C’est ainsi qu’en présence des agents de ladite société des transports, les éléments du Commissariat du 10ème arrondissement du district de Bamako ont procédé à l’identification du propriétaire du colis suspect ainsi qu’à son ouverture. Le n° du colis prouvait qu’il appartenait à un certain Mohamed Ag Ibrahim qui partait à Gossi, juste après Hombori, une localité où le chef de village a été sauvagement tué par les bandits du MNLA. Dans ledit colis, les agents du 10ème arrondissement ont trouvé 21 chargeurs et plus de 800 munitions bien camouflés entre des boîtes de conserve de tomate concentré, tous bien rangés.

Les enquêtes ont, entre autres, établi que le passager avait embarqué avec deux autres colis. Fort de tous ces éléments, le 10ème arrondissement a alerté le Commissariat de police de Ségou sur la présence d’un homme avec des armes à bord d’un car de ladite compagnie en partance pour Gao. La suite est connue.
Aujourd’hui, l’individu a été transféré à Bamako pour les besoins de l’enquête.

Il est poursuivi pour «détention illégale d’armes de guerre et trafic.» L’importante somme d’argent qui était en sa possession au moment de son arrestation a été aussi saisie. Chapeau donc à Mme Touré Aminata Diallo, commissaire du 10ème arrondissement qui a mis à nu l’existence de ce vaste réseau de trafic d’armes vers le Nord- Mali

Birama Fall

Le Prétoire du 27 Février 2012