Partager

transe.jpg

Les crises d’hystérie collective notées vendredi au sein du lycée Lamine Guèye ont repris de plus belle lundi matin quand une vingtaine de jeunes filles poussant des cris comme des possédées sont tombées en transe, au grand émoi des responsables du vieil établissement qui ne savent plus où donner de la tête.

Ainsi, a constaté un reporter de l’APS, les sapeurs pompiers alertés ont de nouveau rappliqué et tentent aux côtés de médecins spécialistes de cas psychiatriques de porter secours aux élèves qui contrairement à vendredi sont des pensionnaires du collège érigé dans l’enceinte même du lycée.

La salle des professeurs du lycée a été aménagée en centre d’accueil des jeunes filles. Certaines qui présentent sûrement des cas plus critiques ont été évacuées dans les hôpitaux de Fann et de Principal.

 »Nous avons enregistré 21 filles qui sont tombées en crise d’hystérie. Nous avons évacué 12 filles à l’hôpital Principal et une à l’hôpital de Fann. 8 filles ont été traitées et remises à leurs parents », a indiqué à la presse le Colonel Diène Faye, commandant sous-groupe des Sapeurs pompiers N°1.

Le tout s’effectue dans une atmosphère très tendue où plusieurs parents d’élèves et des foules de curieux accourus aux nouvelles ont pris d’assaut la cour du lycée.

Selon, le docteur Idrissa Bâ, chef de la direction du Santé mentale, ‘’le phénomène’‘ a repris, lundi matin vers les coup de 10 heures.

 »Nous étions venus nous enquérir du phénomène. En discutant avec les responsables de l’établissement, on nous a appelés pour nous signifier qu’une fille est tombée », a indiqué le médecin selon qui à l’heure actuelle son service ne peut pas expliquer  »le phénomène ».

Les recherches se poursuivent, a-t-il assuré avant d’ajouter : ‘’nous avons géré l’affaire. Les patientes ont besoin d’être dans un endroit calme, c’est ce qu’on a fait. Nous les avons éloignées ».

Par mesure de sécurité, le principal du collège Lamine Guèye a décidé de fermer l’établissement en entendant la décision du ministre de l’Education.

Le service des urgences de l’hôpital Principal alerté vendredi matin à propos de cas d’élèves du lycée Lamine Guèye qui ‘’présentaient un état d’agitation aigu », avait dépêché sur les lieux à des fins d’évacuation deux ambulances.

Le ‘’Plan blanc a ensuite été déclenché » et selon le Dr Mapathé Seck qui excluait ‘’toute crise organique » comme origine du mal, ‘’la situation qui était difficile » a été maîtrisée grâce à l’intervention de trois médecins qui ont pris en charge les sujets.

Pour les causes, les médecins avaient diagnostiqué ‘’un état de souffrance » ou des ‘’problèmes existentiels », soulignant que ce sont ‘’les plus vulnérables qui ont été atteints » par un ‘’effet d’entraînement » et chacun ‘’a réagi en fonction d’une histoire individuelle ».

Vendredi, 55 patients -53 filles et deux garçons- étaient concernés et en fin d’après-midi tous avaient regagné leurs domiciles, sauf trois dont ‘’un asthmatique chronique » retenus en observation.

Sénégal … Source : Aps

23 avril 2008.