Partager

En réplique à la communication du gouvernement par rapport à la majoration des salaires et autres indemnités octroyées aux enseignants, le Syndicat national pour l’éducation et la culture (Snec) se porte en faux et crie à une diminution des avantages accordés aux enseignants.

Hier, à la Bourse de travail, le secrétaire général du comité Snec de l’enseignement supérieur, Ismaïla Komé, a tiré sur la sonnette d’alarme au regard de l’état actuel des négociations entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignant supérieur qui a presque conduit les établissements universitaires à l’année blanche.

Le conférencier a employé plusieurs fois l’adjectif « impasse » pour caractériser la nature des négociations qui sont désormais au statu quo. Il a regretté le fait que le gouvernement est allé jusqu’à « cultiver la méfiance » dans ses rapports avec les enseignants à travers ses communications sur les nouvelles propositions qui ne sont, a-t-il jugé, que le fruit de la diversion.

Pour justifier ses accusations, le secrétaire général du comité Snec de l’enseignement supérieur a donné des détails sur les nouvelles propositions de l’État qui vont plus dans le sens de la diminution des avantages que de leur augmentation comme le prétend le gouvernement.

Pour un enseignant assistant débutant, le gouvernement accorde une majoration de 10 % de la grille salariale en vigueur alors que le projet de grille du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique proposait, selon le conférencier, 50 % d’augmentation.
De plus le projet de grille prévoit une augmentation de la prime de fonction spéciale de 27 500 F CFA, l’octroi d’une prime de recherche au taux annuel de 520 000 F CFA, une prime de documentation au taux annuel de 190 000 F CFA une indemnité mensuelle d’encadrement de 20 000 F CFA.

 » L’indemnité mensuelle d’encadrement est octroyée en lieu et place des frais dus aux heures supplémentaires d’encadrement de mémoires qui revient à 1,5 million de F CFA par an et par assistant », a précisé M. Komé. Et de noter que sa suppression fait une diminution de 55,97 %.
ATT démenti

Or, l’Etat se glorifie d’avoir accordé, sur l’ensemble des majorations, qui se chiffrent, selon le conférencier, à 121 048 F CFA, soit 54,20 % pour un assistant à raison de 150 844 F CFA comme salaire et 105 963,6 F CFA au titre des indemnités et primes. « Ce qui fait une diminution de 1,77 % pour un assistant », a dévoilé notre interlocuteur.

D’ailleurs, le Snec, qui observe une grève illimitée depuis plus de 3 mois n’entend pas se laisser divertir par ces propositions du gouvernement. Le conférencier persiste et signe qu’ils ne sont pas dans une logique d’augmentation, mais plutôt celle de l’alignement. Pour rappel, le Snec tout comme le Syndicat des enseignants du supérieur (Snesup) exige l’alignement pur et simple de leurs salaires sur ceux de leurs collègues de la sous-région.

Ismaïla Komé a démenti les propos du président de la République qui, au cours de sa traditionnelle conférence de presse du 8 juin, a dit que les enseignants veulent tout et tout de suite avant de confirmer que l’Etat est dans la limite de ses possibilités dans la résolution des revendications des syndicats. « Nous n’avons jamais demandé que toutes ses doléances soient satisfaites immédiatement. Ce que nous voulons, c’est un accord de principe », a-t-il martelé.

Aussi, le Snec propose une réorientation du budget affecté à l’enseignement supérieur qui doit être, a-t-il suggéré, axé plus sur les enseignants que sur le personnel de l’enseignement supérieur (le ministère et ses services techniques) qui absorbe, selon lui, une masse salariale de 4 milliards de F CFA par an contre seulement 2 milliards de F CFA pour les professeurs.

Amadou Waïgalo

………….

Les vacances de l’année b…

Les enseignants n’entendent pas renoncer à leurs vacances qu’ils veulent s’accorder dans les prochains jours confortement aux textes en vigueur. Mais, au train où évoluent les choses, les professeurs en allant en vacances à la fin de ce mois comme cela se dit dans le milieu universitaire vont précipiter l’année blanche qui hante tous les esprits et qui apparaît de plus en plus imminent.

A. W.

23 Juin 2010.