Partager

Dans la bataille en cours entre les partisans du Président du CNID et la tendance N’Diaye Bâh, tous les coups semblent désormais permis, quitte à prendre le risque de se couvrir de ridicule et de provoquer l’hilarité générale.

Me Mountaga Tall lui – même, cerné de toutes parts et probablement surpris par la forte hémorragie que connaît son parti depuis la démission le 3 juin 2010 du Secrétaire général et de plusieurs autres membres du Comité Directeur, n’échappe pas à la règle. C’était dimanche dernier, dans la salle Mérouba de Ségou où face à la foule de militants venus l’écouter, le Président du CNID a déclaré, sans sourciller, que la crise du CNID était finie avec le départ des démissionnaires !

Comme pour apporter un démenti cinglant à l’honorable député de Ségou, le Collectif des démissionnaires du Comité Directeur du CNID – FYT vient de nous faire parvenir trois lettres de démissions.

La première concerne le cercle de Koulikoro où la quasi-totalité des membres actifs de la Section a décidé de quitter le CNID-FYT et de rallier les premiers démissionnaires. Parmi les partants, d’importantes figures locales du Faso Yiriwa Ton dont Moussa Papa Sidibé.

Leader charismatique, ancien candidat à la députation, cet homme, longtemps courtisé par d’autres partis politiques, passait jusqu’à sa démission pour l’un des alliés les plus sûrs de Me Mountaga Tall.

A titre de rappel, il avait obstinément refusé de prendre parti contre le Président du CNID lors de la crise interne de 2007, crise provoquée par la suspension arbitraire du Secrétaire général, de la Présidente des Femmes CNID et d’autres militants. Avec Papa Sidibé, partent également le Président de la section, Modibo Kaloga, le Secrétaire général et la quasi-totalité des sous-sections CNID du cercle de Koulikoro

Les deuxième et troisième correspondances reçues à notre rédaction sont relatives aux structures du CNID dans le District de Bamako, lesquelles paraissaient jusqu’à présent peu affectées par les défections de militants et responsables enregistrées un peu partout à l’intérieur du pays depuis le départ des 65 premiers démissionnaires.

Les premières secousses bamakoises viennent en fait de la Commune VI, où de nombreux responsables de la section CNID viennent de rendre le tablier et de rejoindre N’Diaye Ba et ses amis. En examinant de près la liste des démissionnaires membres de la section, on peut constater que le Mouvement des Femmes et le Mouvement des Jeunes sont fortement concernés.

Parmi les démissionnaires, l’on compte également le Secrétaire Général de la Section, Monsieur Lamine Diarra, également Conseiller municipal.

Face aux propos du Président du CNID décrétant péremptoirement la fin de la crise du CNID, on comprend que la politique n’est pas seulement une affaire de coups médiatiques, de rêves caressés, mais d’abord et avant tout une question de présence effective sur le terrain. Aussi, annonce t-on de nouvelles défections et la multiplication des missions dans le pays profond pour expliquer aux militants les vraies raisons de la crise actuelle du CNID et du choix d’aller vers la création d’un nouveau parti.

L’un de nos interlocuteurs relève, au passage à propos des sorties médiatiques du Président du CNID lorsque celui- ci dit bon débarras concernant le maire de Ségou, après s’être battu corps et âme pour que cet élu influent revienne sur sa décision de rallier les démissionnaires.

La Rédaction

23 Juin 2010.