Partager

« Ibrahim Ag Bahanga est allé s’installer en Libye avec sa famille, et quelques proches. Certains pensent qu’il a décidé de prendre du recul », a-t-on appris de source proche du Comité de suivi de l’accord d’Alger, composé de représentants du gouvernement malien, des rebelles touareg et de la médiation algérienne.

Selon la même source, « cette information va conforter le processus de paix ».

Par ailleurs, les autres groupes de rebelles touareg réunis au sein de l’Alliance pour la démocratie et le changement (ADC), ont achevé durant le week-end une rencontre « de concertation » dans le nord du Mali.

« Nous avons notamment parlé avec franchise du désarmement, de la création des unités spéciales (devant être composées d’ex-rebelles et de soldats pour assurer la sécurité dans le nord, ndlr), du prochain lieu où sera installé le comité de suivi de l’accord d’Alger », a déclaré à l’AFP, Amada Ag Bibi, l’un des dirigeants de l’Alliance.

« Nous avons quand même tous accepté d’envoyer une délégation à la prochaine rencontre d’Alger, où nous devons rencontrer les émissaires du gouvernement malien pour faire avancer la paix », a-t-il ajouté.

Une autre source proche de l’Alliance a affirmé à l’AFP que les discussions avaient été parfois « viriles » entre les rebelles, sans autres précisions.

« Les uns font confiance au gouvernement malien pour un retour définitif de la paix, les autres manifestent une méfiance à son égard », a affirmé la même source.

Depuis la signature d’un accord en 2006 à Alger, qui reste la base des négociations, les rebelles ont renoncé à revendiquer l’autonomie de la région de Kidal et le gouvernement s’est engagé à accélérer le développement des trois régions du nord. Mais les conditions du désarmement des rebelles et de la mise sur pied des « unités spéciales » restent des points débattus.

La date de la « prochaine rencontre d’Alger » n’est pas encore officiellement connue.

Au Niger, Etat saharien voisin du Mali, des affrontements se déroulent toujours dans le nord du pays entre l’armée et les rebelles touareg.

Lemonde.fr/afp

13 octobre 2008