Partager

Après avoir élaboré un document sur les conditions d’application de la charia, le Haut conseil islamique (HCI) va bientôt saisir les plus hautes autorités afin d’obtenir l’autorisation pour aller au nord asseoir un cadre de discussion avec le chef d’Ançar Eddine, Iyad Ag Ghaly, et ses hommes.

Le Haut conseil islamique à travers le bureau des ulémas a engagé une réflexion sur plusieurs mois sur les conditions d’application de la charia. A l’issue de leurs travaux un document a été produit et validé par un atelier qui regroupé plusieurs érudits du HCI.

Selon le président du HCI, El hadj Mahmoud Dicko, que nous avons rencontré, ce document contient des arguments soutenus par le Coran et les hadiths sur l’application de la charia.

« Nous ne pouvons pas comprendre que des gens se mettent à amputer les mains et les pieds des populations du Nord au nom de l’islam. Et c’est pourquoi nous avons élaboré ce document pour aller les rencontrer afin de leur expliquer les conditions d’application de la charia avec des éléments de preuve.

Si c’est une question de religion on peut la régler sans les armes, car nous avons gagné le combat contre le nouveau code des personnes et des biens sous l’ère ATT sans prendre les armes. Si Iyad et ses hommes acceptent nos propositions en déposant les armes tant mieux mais dans le cas contraire nous nous rallions derrière nos autorités parce que le Mali est un et indivisible », a expliqué le président Dicko.

Il a aussi indiqué que le document sera d’abord soumis à l’appréciation du gouvernement et par la suite le HCI sollicitera l’autorisation du gouvernement d’aller rencontrer le chef d’Ançar Eddine, Iyad Ag Ghaly, et ses hommes afin d’asseoir un véritable cadre de négociation.

Pour le président du HCI, un autre échec de l’armée malienne contre les occupants ne sera pas toléré par les populations d’où la diligence dans la gestion de cette crise. Il a prié pour le retour de la paix au Mali.

Ben Dao

L’Indicateur du Renouveau du 01 Octobre 2012