Partager

jpg_aid-124758_0.jpg
Le général président l’avait déjà lâché le 20 décembre dernier de retour de la biennale kayesienne : « Trop c’est trop, nous ne pouvons plus nous contenter de compter nos morts ».

A peine une semaine après ces déclarations, le chef de l’Etat a rencontré les chefs de nos forces armées et de sécurité, venues lui présenter les vœux du nouvel an, occasion qu’il a mise à profit pour leur remettre leur lettre de mission. Cette mission régalienne qui consiste à libérer le territoire national de tout ce qui s’y trouve en ce moment comme bandes, hordes, assaillants et autres narcotrafiquants endurcis.

Oui, ATT a finalement compris que Bahanga et consorts ne sont pas des « Maliens », puisque n’ayant pas d’oreilles pour entendre, ni de cœur pour aimer la patrie.

« Il faut circonscrire le mal, neutraliser la horde maintenant et aujourd’hui pour arrêter le massacre. Les moyens seront mis à votre disposition. Je sais que notre armée recèle des hommes valables, capables de protéger notre pays des assaillants, je sais que vous êtes capables et vous le ferez. Je vous demande d’être fermes dans le choix des hommes, car le laxisme ne sera plus toléré » : des propos qui donnent désormais l’entière responsabilité à nos militaires pour sceller le sort à ce manipulé de Bahanga et complices.

C’est une fermeté de ce genre que les Maliens voulaient de la part de leur président, car, ils étaient devenus nombreux à rapporter des propos de militaires selon lesquels « ATT est responsable de l’impolitesse de Bahanga envers l’armée malienne ».

Des sources militaires persistaient à soutenir que des fois, il arrive que notre armée encercle les bandits armés, mais qu’au moment de les neutraliser, ils reçoivent un message d’en haut qui lui interdit de les massacrer. Et l’auteur de ce message ne pouvait être que le chef de l’Etat. C’est pourquoi nombre des Maliens martelaient que c’est ATT lui-même qui livre nos militaires à la boucherie.

Aujourd’hui, on peut dire que ce doute va s’effacer de l’esprit des Maliens. Autre soupçon qui a trouvé réponse avec ATT, c’est le soutien éventuel de l’Algérie et de la Libye à l’endroit des bandits armés : « L’Algérie nous a tellement aidés dans la recherche de la paix qu’il convient de saluer son président Abdel Azziz Bouteflika. Quant à la Libye, elle avait même donné asile à un de la horde (NDLR Bahanga), mais un beau jour ce dernier s’est levé pour rejoindre le maquis ».

ATT a indiqué que l’attaque de Nampala s’expliquait par le fait que cette localité se situe dans une zone stratégique du trafic de la drogue, qui est le seul mobile de la horde.

Mais quand cette même horde qui tue ses frères touareg, se permet de dire qu’elle se bat pour leur développement, de quel développement peut-il s’agir ? s’interroge ATT. En tout cas après Abeïbara, Nampala, doit être le dernier poignard que ces voyous enfoncent dans le dos du peuple malien.

Abdoulaye Diakité

L’indicateur Renouveau du 30 Décembre