Partager

Le président l’a annoncé mardi soir 10 septembre, lors d’une adresse à la nation. Ces discussions devraient être convoquées rapidement, avant la fin du mois alors que le pays est secoué depuis près de deux ans par une crise séparatiste qui a fait aujourd’hui près de 2 000 morts. L’annonce se sera fait attendre. Ce n’est qu’à la vingtième minute d’un discours qui n’en aura duré que trente, que Paul Biya convoque un grand dialogue national. « Ce dialogue nous permettra d’examiner les voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du nord-ouest et du sud-ouest » a déclaré le président. L’idée n’est pas nouvelle en soi, tant elle a été suggérée de longs mois durant par divers acteurs à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, Paul Biya s’est insurgé contre l’analyse de la nature même du conflit : « La prolifération de ces initiatives s’est parfois malheureusement appuyée sur des idées simplistes et fausses procédant de la propagande sécessionniste. Il en est ainsi de la prétendue marginalisation des anglophones, de la persécution de la minorité anglophone par la majorité francophone, du refus du dialogue par notre gouvernement au bénéfice d’une solution militaire à la crise ou encore des accusations ridicules de génocide. S’agissant du dialogue lui-même, la question s’est toujours posée de savoir : avec qui ? »…Rfi.fr