Partager

Mort du lieutenant –colonel Toumani Diakité : crime crapuleux ou règlement de compte ?

Mercredi dernier, en milieu de journée, un jardinier est tombé, par hasard, sur le corps de l’officier de gendarmerie. C’était dans un puits, non loin du centre International de Conférence de Bamako (CICB).

Son attention avait été attirée par une odeur pestilentielle qui émanait du puits. Après s’être approché, il découvre, au fond du puits, un corps ballonné autour duquel s’affairent un bataillon de mouches.

Du coup, il alerte les agents de la circulation routière en faction face au CICB. Après vérification, ils alertent la direction générale de la gendarmerie.

Quelques minutes plus tard, une ambulance se présente sur les lieux, toute sirène hurlante.

Visiblement, son corps était tâcheté de sang. Sur place, nous avons recueilli deux versions des faits. Selon un fleuriste, l’officier de gendarmerie serait poursuivi par des bérets rouges. Pour tenter de sauver sa peau, dit –il, se serait rendu l’âme. C’est, d’ailleurs, cette course poursuite avec les bérets rouges qui, selon notre interlocuteur, explique l’abandon de sa voiture quelques mètres plus loin.

L’autre version émane d’un officier de gendarmerie qui a requis l’anonymat. Pour lui, pas de doute : le lieutenant –colonel Toumani Diakité a été victime de règlement de compte.

Badou S. Koba

Canard Déchainé du 9 mai 2012