Partager

Après la Côte d’Ivoire et le Sénégal, le Mali est bien parti pour créer la troisième Bourse nationale de sous-traitance et de partenariat de l’espace UEMOA. L’étude commanditée dans ce sens par le Conseil national du patronat du Mali (CNMP) et réalisée par la Bourse de sous-traitance et de partenariat de la Côte d’Ivoire (BSTP) a été validée hier, jeudi 8 juillet, au terme d’atelier tenu dans ce sens au Grand hôtel. Les travaux étaient présidés par Moussa Balla Coulibaly, président du CNPM.

Le quatrième Forum de partenariat sur l’offre de service à l’entreprise, tenu en 2005, dont la thématique centrale portait sur la problématique du partenariat entre secteur moderne et dit structuré et secteur informel non structuré, a été un tournant marquant dans l’emballement du projet du CNPM.

En effet, le document d’étude de ce Forum, organisé par le CNPM en partenariat avec le BIT, intitulé  » Cadre stratégique d’appui du CNPM au développement et à l’organisation des activités du secteur de l’économie informelle «  proposait des outils stratégiques dont la création d’une Bourse nationale de sous-traitance et de partenariat.

Considérant que le développement de la sous-traitance et des synergies industrielles, constitue un facteur d’amélioration de la productivité et de la compétitivité des entreprises, le CNPM, dira son président, c’est-il attelé à la mise en œuvre de ce projet si singulier, dont le but est de venir en appui aux entreprises.

A ce titre, la Bourse nationale de sous-traitance et du partenariat (BNSTP-Mali) aura pour mission d’informer, de documenter et d’assister les grandes entreprises sur la potentialité nationale et sous-régionale de la sous-traitance avec les petites entreprises. Aux dires du président du CNPM, les attentes sont nombreuses par rapport à cette structure.

Il s’agit, entre autres, de la promotion de la sous-traitance industrielle, du partenariat inter-entreprises, du transfert de compétences, de savoir-faire et de technologie, de la disponibilité des informations utiles, actualisées sur les PME/PMI, leurs capacités, leurs besoins, d’assistance. La BNSTP – Mali va contribuer à la création d’emplois de la richesse et la réduction de la pauvreté.

Pour Moussa Balla Coulibaly  » l’espoir que nous pouvons tirer de ces différentes attentes, somme toute légitimes, ne doit cependant pas nous faire perdre de vue, toutes les contraintes inhérentes à la gestion d’une bourse de sous-traitance. Car en Afrique, où l’essentiel de l’activité économique se passe dans l’informel, il s’agit aussi d’un défi de changement des mentalités et des habitudes. Les quasi-échecs des bourses de sous-traitance dans divers pays africains, sont là pour nous rappeler cette exigence ».

Le projet de BNSTP – Mali s’inscrit dans une dynamique sous-régionale, à travers laquelle l’UEMOA, soutenue par l’UE et l’ONUDI, entend créer et mettre en réseau des bourses de sous-traitance ou centre de promotion industriel dans les différents pays de l’union

La BSTP – Côte d’Ivoire dirigée par Seydou Touré, qui a mené l’étude du CNPM, a travaillé sur un échantillon de 29 entreprises maliennes et examiné les différents documents existants par rapport à la sous-traitance au Mali. Le rapport conclut sur une méconnaissance totale entre les donneurs d’ordre et les sous-traitants, une absence d’organisation de la sous-traitance.

Ainsi, la BNSTP – Mali, qui sera une association à but non lucratif, constituera un point focal de mise en relation des uns et des autres. Ainsi, une grande unité industrielle aura des informations sur le potentiel national de réalisation ou pas d’une pièce de rechange avant de le commander à l’extérieur.

La Bourse ne va répertorier que les entreprises qu’ elle a certifiée après visite de terrain. Elle peut même initier des formations de mise à niveau de ces entreprises sous-traitantes. Cependant, les experts de la BSTP précisent que la bourse, est, certes, un organisme privé, mais elle ne peut réussir sans le soutien du ministère de l’Industrie et l’adhésion des acteurs du secteur privé.

Youssouf Camara

09 Juillet 2010.