Partager

Les autorités françaises ont demandé mercredi à Moroni la publication « sans délai » du rapport d’enquête intermédiaire sur les causes du crash d’un Airbus A310 de la compagnie Yemenia au large des Comores qui, il y a un an, a fait 152 morts.« La France appelle, avec force, la publication dans les meilleurs délais, par les autorités comoriennes chargées de l’enquête, du rapport préliminaire devant permettre de poursuivre les investigations complémentaires susceptibles de faire enfin toute la lumière sur ce terrible accident », a déclaré dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.Les boîtes noires ont été repêchées fin août 2009. Début septembre, la commission comorienne chargée des investigations avec l’assistance du BEA chargé des enquêtes techniques françaises, avait annoncé que les données étaient exploitables.Des mois plus tard, le BEA avait simplement indiqué qu’il n’y avait pas eu « de problème technique sur l’avion ni de trace d’explosion ». Selon des sources proches de l’enquête, la piste de l’erreur humaine est privilégiée. Les 2 juges français en charge de l’enquête pénale ont nommé des experts qui doivent rendre un rapport d’étape en septembre.AFP.