Partager

Le bureau national du Cadre de réflexion et d’action des jeunes (Craj) a organisé une conférence de presse le lundi 12 janvier 2009 à la Pyramide de souvenir pour dénoncer l’insécurité généralisée dans le pays.

L’insécurité qui frappe le Nord de notre pays à cause des attaques du groupe d’Ibrahim Ag Bahanga et qui serait une des conséquences de l’ingérence de l’Etat libyen dans les affaires intérieures du Mali, agace la jeunesse, plus précisément le Cadre de réflexion et d’action des jeunes (Craj).

Lundi, cette association a demandé à l’Etat du Mali de s’assumer dans la crise du Nord qui, commentera-t-elle, rappelle à certains égards le film « 24 Chrono ». Le Craj s’est élevé contre toute ingérence étrangère dans les affaires de notre pays et indiqué que force doit rester à la loi.

Le Craj, selon son secrétaire général Mahamane Mariko, a été violenté pour avoir dénoncé l’attaque de Nampala à travers des tracts et des affiches qui appelaient à l’éveil des consciences, notamment des jeunes. Mais, « nous sommes plus que jamais engagés à défendre le défendable », a averti M. Mariko.

A ce titre, le secrétaire général du Craj a révélé que « des meetings ont été organisés par son Cercle pour que des mesures idoines soient prises par les autorités pour mettre à cette crise interminable ». Pour l’heure, les actes posés par le Craj ne sont que des slogans hostiles au dirigeant libyen qui dénoncent le laxisme de nos plus hautes autorités dans la gestion du problème du Nord.

Pour le conférencier, la crise au nord est une préoccupation, particulièrement pour les jeunes qui voient en elle un handicap majeur au développement du pays. C’est pour cette raison que les jeunes du Craj n’entendent plus croiser les bras, quitte à s’enrôler dans l’armée dans le but de défendre la patrie en danger.

Le Craj met en garde contre le retour des bandits et des mercenaires au sein des forces armées. Selon M. Mariko, « si ce n’est le Mali, aucun Etat souverain n’accepte de négocier avec des bandits ou des narcotrafiquants ».

Assitan Haïdara

14 Janvier 2009