Partager

Élu il y a quelques jours, Fatou Bensouda, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) aura pour premier gros dossier la plainte déposée par le Mali pour crimes de guerre dans son septentrion du fait d’une rébellion touarègue et d’islamistes de tout bord.

Le gouvernement de CMD avait été sollicité par la population malienne pour porter plainte contre les groupes rebelles, notamment le MNLA pour crimes de guerre. Après plusieurs journées voire des mois de tergiversation, l’équipe CMD s’est enfin résolu à aller dans ce sens en envoyant le ministre de la Justice.

Le garde des Sceaux Malick Coulibaly est arrivé hier mercredi à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye pour demander au procureur de la CPI d’enquêter sur les crimes commis depuis janvier au nord du Mali. Le ministre Coulibaly a demandé au procureur Fatou Bensouda d’ouvrir une enquête sur les crimes commis par des groupes armés.

Des ONG et associations maliennes et internationales ainsi que des agences de l’ONU ont tous dénoncé des crimes commis dans le Nord du Mali par différents groupes armés, islamistes et rebelles touaregs, notamment des viols, des meurtres, l’enrôlement d’enfants soldats et la destruction de sites religieux.

Jusqu’à hier mercredi, le gouvernement s’était borné à dire qu’il allait saisir la CPI face aux atrocités commises par les groupes rebelles armés qui occupent le Nord du pays. Depuis le 17 janvier 2012, les groupes rebelles avaient lancé, par l’intermédiaire du MNLA, la première offensive qui a abouti au massacre de plusieurs soldats de l’armée régulière malienne à Aguelhoc.

A la faveur d’un coup d’Etat le 22 mars, l’ensemble du Nord du Mali est tombé aux mains des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et surtout des groupes islamistes Ançar Eddine et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), alliés d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Les islamistes qui ont chassé le 10 juillet de son dernier bastion d’Ansongo le MNLA avec lequel ils avaient lancé l’offensive dans le Nord en janvier se livrent également à des atrocités passibles de crimes de guerre.

Le Mali étant un Etat partie au Statut de Rome, le traité fondateur de la CPI, reconnaissant de la sorte la compétence de la CPI, il ne devrait pas y avoir de problème sur la recevabilité de la requête du gouvernement. Sans doute ce sera le baptême du feu de Fatou Bensouda, le tout nouveau procureur de la CPI.

Denis Koné

19 Juillet 2012