Partager

Inna Maïga, le premier cas positif de covid-19 au Mali revient dans les médias. Dans un récit de 115 pages, elle rétablit la vérité sur son infection au coronavirus et dénonce la cabale médiatique contre elle, orchestrée via les réseaux sociaux au Mali. Une cérémonie de lancement du livre a eu lieu le samedi 6 novembre au mémorial Modibo Keita.

« Patiente zéro de la Covid-19 au Mali : Enfer social et médiatique ». Tel est le titre du nouveau livre paru à Figura éditions. « URGENT. Selon nos informations, c’est cette dame qui a été positive au coronavirus… ». Cette information, publiée sur une page Facebook avec la photo de la patiente, sert aujourd’hui de couverture au Récit. Nous sommes le 25 mars 2020 et le Mali seul pays encore épargné le virus parmi tous ses voisins. La psychose s’installe et les propos se font durs contre la patiente. « Tchurr, Coronavirus aurait dû avoir raison de toi », poste un internaute.

« Que ce qui est arrivé avec moi, n’arrive à personne d’autre », a indiqué Inna Maïga au lancement de son livre. Mère et femme très sensible, Inna a dû affronter les « mots assassins » des nouveaux seigneurs de l’information sur les réseaux sociaux, et surtout d’un manque de professionnalisme d’une partie du corps médical. « Quand je pense que c’est à ma demande, et suite à mon insistance que le test a été fait », se souvient l’écrivaine.

C’est pourtant sur les réseaux sociaux qu’Inna Maïga connaîtra son statut sérologique Covid-19. « Femme de 40 ans, rentrée de France, habitant à N’Tabacoro », avec ses indications, elle se reconnaît et se retrouve à appeler ses proches pour les rassurer.

Guérison et procès…

« Ce jeudi, 9 avril 2020, après de longues heures d’attente et d’angoisse, j’avais reçu le coup de téléphone du professeur Sounkalo Dao : « – Madame, vous pouvez vous préparer à rentrer chez vous ». « Un vent de liberté sans pareil souffla sur moi », se confie Inna Maïga, dans son Récit. « J’étais pessimiste et je n’avais pas espoir que j’en sortirais », assure-t-elle au Mémorial Modibo Keita, rendant hommage au corps médical malien qui a « juste besoin d’équipements pour briller ».

Après la bataille sanitaire, Inna Maïga mène désormais une bataille judiciaire. Un procès en diffamation a été intenté contre le média social Ouverture Média. Condamné en première instance, le média a gagné en appel. Aujourd’hui, a informé Inna, le dossier se trouve devant la Cour suprême. « Je n’avais pas l’intention d’intenter un procès. Des excuses devaient être présentées, elles n’ont jamais été faites. Face à la mauvaise foi, j’ai demandé justice », a conclu la patiente Zéro.

Mamadou TOGOLA

Source: maliweb.net