Partager

Lors de l’atelier sur les médias et la présidentielle 2013, tenu au Gouvernorat le mercredi dernier, plusieurs intervenants ont souligné le rôle appréciable joué par l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM). Malgré les pressions et intimidations émanant de certains états-majors, l’office a tenu bon et gardé une certaine neutralité dans le traitement des sujets ayant trait à l’élection.

Le directeur général Bally Idrissa Sissoko a rappelé que pendant la campagne, la répartition du temps d’antenne à la radio et à la télévision incombe au comité national de l’Egal Accès aux Medias d’Etat. Chaque candidat ou son représentant, pour autant qu’il en manifeste le désir, a droit à un temps d’antenne à la radio et à la télévision en période de campagne électorale. C’est ce qui a été appliqué à la lettre.

Pour le premier tour de l’élection présidentielle, le temps était reparti comme suit : un entretien de 10 minutes pendant la campagne à la radio et à la télé, les mêmes questions sont posées à tous les candidats. Pour le reste, chaque candidat a droit à 5 minutes par semaine à la radio et à la télé ; donc 15 minutes par candidat pendant les 3 semaines de campagne.

Il faut ajouter que chaque candidat a eu droit à la couverture de deux meetings de son choix pendant la campagne, chaque meeting traité en un sujet de 2 minutes à la radio et à la télé. Pour le second tour dont la campagne n’a duré que 2 jours, a expliqué l’intervenant, le temps d’antenne était réparti comme suit : 10 minutes par jour à la télé et à la radio pour le message de campagne, un entretien quotidien de 05 minutes le dernier jour de campagne et la couverture d’un meeting par jour (3 minutes).

« Pour la couverture du déroulement du scrutin, l’ORTM a déployé sur le terrain sur l’ensemble du territoire plus de 40 équipes, cela nous a permis de couvrir le vote des 27 candidats, des présidents de toutes les institutions et du citoyen lambda. Nous avons bénéficié de l’appui de certaines structures partenaires comme l’ANCD, CNCM, la DIRPA et le CENIES« , a déclaré M. Sissoko.

Il a alors souligné que pour la première fois dans l’histoire électorale du Mali, l’ORTM a organisé 2 soirées électorales, l’occasion de donner la parole à tous les acteurs, représentants des candidats, structures impliquées dans l’organisation du scrutin, du dépouillement, la remontée des résultats au ministère de l’Administration Territoriale, l’analyse du déroulement du scrutin avec des politologues, des éditorialistes, les observateurs. Malgré les pressions et intimidations, l’ORTM a gagné le pari.

Bruno D SEGBEJI

27 Septembre 2013