Partager

Accusé d’association de malfaiteur et vol qualifié, Abdoulaye Coulibaly dit Blo a été condamné le vendredi 11 juin à la peine de mort par la Cour d’assises. Seydou Sacko, son compère, lui, a été condamné à 5 ans d’emprisonnement ferme.

Pour avoir effectué une série de vols à Koutiala, Seydou Sacko, Lamine Sanogo et Abdoulaye Coulibaly étaient le vendredi 11 juin à la barre de la Cour d’assises.

Ces trois personnes ont, de concert avec Abdoulaye Coulibaly dit Blo, perpétré, courant 2007, une série de vols avec effraction dans certaines boutiques de Koutiala. Les investigations menées par les agents avaient été longtemps infructueuses.

Le 20 novembre 2007, aux environs de 5 h du matin alors qu’il se rendait à la mosquée, Nouhoum Zongo a aperçu une charrette à bras, un sac de sucre, deux cartons de thé et une barre de fer abandonnés devant la boutique de Bourama Mallé. Il prend le temps de balader sa lampe torche dans les environnants.

C’est ainsi qu’il aperçoit Abdoulaye Coulibaly. Interpellé sur sa présence suspecte à cette heure tardive, Abdoulaye Coulibaly a laissé entendre qu’il est en train d’aller rendre visite à une amie de sa fiancée hospitalisée au Centre de santé de référence de Koutiala. Devant cette réponse approximative, Nouhoum Zongo alerte les maîtres du lieu, en l’occurrence Bakary Koné et Oumar Dio qui appréhendent le suspect et le conduisent à la police.

Interrogé par les enquêteurs, Abdoulaye Coulibaly dénonce Seydou Sacko. Les investigations menées par la suite à partir de la barre de fer dénommé « pied-de-biche » abandonnée devant la boutique de Bourama Mallé permet de remonter à Seydou Sacko. Réfugié dans sa chambre, Seydou est arrêté peu de temps après. Il conduit à son tour les enquêteurs au domicile de son compère Abdoulaye Coulibaly dit Blo qui est également appréhendé.

Seydou Sacko et Abdoulaye Coulibaly dit Blo ont facilement reconnu les faits expliquant qu’ils ont décidé de verser dans le banditisme en s’attaquant à des propriétés d’autrui pour gagner facilement leur vie. Les inculpés ont fait savoir que pour parvenir à leur fin, ils assemblaient tout un arsenal constitué de barre de fer, de fausses clés, de scies de paires de ciseaux, de coupe-coupe, ajoutant qu’après les opérations, les butins étaient acheminés dans la boutique de Seydou Sacko, le chef du gang qui servait de couverture pour la revente.

Seydou Sacko a reconnu également avoir frauduleusement soustrait de concert avec Lamine Sanogo une moto marque P-50 au préjudice de son voisin Dramane Diarra.

A la barre, les accusés ont reconnu les faits qui leur sont reprochés. Le représentant du ministère public a demandé à la Cour de les retenir dans les liens de l’accusation. La Cour a déclaré les trois personnes coupables en leur accordant les circonstances atténuantes.
Se prononçant sur la peine, le représentant du ministère public a demandé à la Cour de condamner Abdoulaye Coulibaly et Lamine Sanogo à la peine du temps de leur détention.

Me Aliou Touré, l’avocat de la défense a réitéré cette demande du ministère public.
Après délibération, la Cour a condamné Lamine Sanogo et Abdoulaye Coulibaly à 2 ans et 6 mois d’emprisonnement. Elle a condamné Seydou Sacko à 5 ans de réclusion. Quant à Abdoulaye Coulibaly dit Blo, qui n’était pas présent au procès, il a été condamné à la peine capitale.

Sidiki Doumbia

Les Échos du 14 Juin 2010.