Partager

Pour avoir donné volontairement la mort à Massaman Kéita à Badougou Nafadji, Adama Kéita né vers 1983, a été condamné lundi par la Cour d’assises à 10 ans de réclusion.

Adama Kéita, Bourama Kéita et Modibo Kéita étaient le lundi 24 mai 2010 à la barre de la Cour d’assises de Bamako. Comme leur patronyme l’indique, ces trois personnes sont issues de la famille. Ils sont tous des enfants de Djigui Kéita, qui est à la base d’un problème qui a mené à l’assassinat de Massaman Kéita.

Siaka Kéita, le père de Massaman, a prêté pendant 30 ans un champ à Djigui en vue de l’exploiter comme champ de culture. Après, Siaka a réclamé sa parcelle, mais en vain.

A sa mort, son fils aîné, Massaman Kéita continuera de réclamer ladite parcelle. C’est ainsi que Massaman et les fils de Djigui se sont rencontrés le 22 avril 2006 dans le champ litigieux où il y a eu un affrontement à la suite duquel Massaman a été battu à coups de machette et de gourdins jusqu’à ce que mort s’en suive.

Interpellés, les inculpés ont reconnu les faits qui leur sont reprochés à l’exception d’Adama Kéita. Ce dernier soutiendra avoir administré des coups sur le défunt sans avoir l’intention de lui donner la mort. Il expliquera que c’est Massaman qui lui a d’abord donné des coups avant qu’il ne réplique.

Pour ce qui est de Bourama et de Modibo Kéita, ils ont soutenu ne pas être impliqués dans cette affaire. Pendant que Bourama affirmait qu’au moment des faits, il était à Siby pour chercher sa carte d’identité en vue de faire le concours de l’armée, Modibo a soutenu qu’il était en brousse.
Devant la Cour d’assises, les trois personnes ont réitéré cette ligne de défense.

Indiquant qu’il a assisté à la scène, Moussa Kéita, le frère du défunt a témoigné que ce sont les trois personnes qui ont tué son frère.
Les trois inculpés ont été défendus par Me Robert Sanou. Malgré son éloquence, la Cour a reconnu les trois inculpés coupables tout en accordant des circonstances atténuantes à Bourama Kéita et à Modibo Kéita.

Elle a condamné Adama Kéita à 10 ans de réclusion, Bourama Kéita et Modibo Kéita ont été condamnés chacun à 5 ans d’emprisonnement.
Sous mandat de dépôt depuis 2006, Bourama Kéita et Modibo Kéita ne purgeront qu’un reliquat de peine d’un an de prison.
A noter que le père des trois accusés, Djigui Kéita, est décédé en 2006.

Sidiki Doumbia

27 Mai 2010.