Partager

Inculpé pour pédophilie, Moctar Mama écope d’une peine de 20 ans de prison ferme
L’affaire ministère public contre Moctar Mama a connu son épilogue, le vendredi 18 août dernier dans la salle d’audience de la Cour d’Appel de Bamako. Accusé de pédophilie par la chambre d’accusation en son audience du 14 mars 2014, la cour, après avoir pris connaissance de l’arrêt de ladite chambre et entendu les parties, a déclaré l’accusé coupable et l’a condamné à 20 ans de prison ferme.

Les faits remontent à juin 2013 à Bamako. Moctar Mama, né en 1982 à Mango (République du Togo)enseignant à l’école‘’la Fontaine’’, tenait régulièrement des rapports sexuels avec la mineure Fatoumata Tounkara. Et souvent, il faisait venir deux autres mineurs notamment Macy Massabe et Aicha Sow, âgées de 13 ans pour les mêmes besoins. C’est ainsi qu’un jour, les nommées Macy Massabe et Aicha Sow l’ont dénoncé à la promotrice de l’école en la personne de Bartakova Dana qui a porté plainte contre lui à la police de 15ème arrondissement pour pédophilie. Considérant que l’inculpé n’a pas reconnu les faits, qu’en dépit de cette dénégation,il ressort des pièces du dossier, notamment de l’enquête préliminaire, que l’inculpé à bel et bien fui après s’être rendu compte que les fillettes l’avaient dénoncé à la promotrice,qu’il n’a été retrouvé que par exploits des agents de la police du 15èmearrondissement, que cette fuite est un élément de preuve contre l’inculpé.
Considérant que tout ce qui précède constitue des charges suffisantes contre l’inculpé Moctar Mama pour avoir à Bamako courant 2010,en tout cas depuis moins de 10ans,commis des actes d’attouchement sexuel et de pénétration sur les personnes de Fatoumata dite Mama Tounkara, Macy Massabe et Aicha Sow,mineurs âgés de moins de 13ans, que l’auteur Mama Moctar avait autorité sur les dites victimes dont il était chargé de l’éducation au moment des faits et que la différence d’âge entre l’auteur et les victimes est de plus de cinq ans, considérant que les faits prévus et punis par l’article 228 du code pénal peuvent donner lieu à l’application des peines criminelles, l’accusé a reconnu les faits qui lui ont été reprochés devant les magistrats de la cour d’assises et a demandé pardon.

La cour, dans son verdict, a donc déclaré Mama Moctar coupable de pédophilie tout en lui accordant des circonstances atténuantes. Cependant, il a été condamné à 20 ans de prison ferme.

Adiarra Coulibaly

Tjikan du 25 Août 2017