Partager

Les travaux de la Cour d’assises se poursuivent dans la salle Boubacar Sidibé de la Cour d’Appel. A la barre, Bah Coulibaly et Souleymane Sidibé, tous deux présumés coupables de l’assassinat de Kokè Tangara, le 17 octobre 2006. Les jeunes accusés, qui se sont défendus corps et âme devant la Cour, ont finalement été acquittés pour insuffisance de preuves et de charges.

Les accusés présents à la barre, Bah Coulibaly et Souleymane Sidibé sont sous mandat de dépôt depuis le 30 octobre 2006. Leur inculpation fait suite à une information reçue par le Commissariat de police du 11ème arrondissement, faisant état de la découverte, dans une décharge, à Sabalibougou, du corps sans vie d’un certain Kokè Tangara.

La nouvelle de cette découverte macabre se répandit dans le quartier et c’est ainsi que les sieurs Ousmane Traoré, boutiquier et Abdoulaye Traoré, chauffeur, tous deux domiciliés dans les environs, se présentèrent spontanément au Commissariat de police pour témoigner à charge contre Bah Coulibaly et Souleymane Sidibé, en s’appuyant notamment sur des va-et-vient incessants des deux jeunes gens, transportant des objets entre leur domicile et la décharge où a été découvert le corps sans vie de Kokè Tangara, vendeur de pastèques au marché de Sabalibougou.

Ces témoignages, ajoutés au constat fait par le médecin légiste attestant que la mort avait été occasionnée par des violences soldées par une fracture frontale, incitèrent les policiers à diligenter une enquête judiciaire et naturellement, à l’interpellation des nommés Bah Coulibaly et Souleymane Sidibé.

Tant à l’enquête préliminaire que devant la Cour, Souleymane Sidibé a nié les faits qui lui sont reprochés.

Quant à Bah Coulibaly, il avait reconnu que, pour une histoire de femme, il s’était battu avec Kokè Tangara dans la même nuit, mais n’avait pas reconnu l’assassinat. Malgré des détails précis fournis par les témoins sur les circonstances de cette bagarre, au cours de laquelle Kokè Tangara aurait été tué, Bah Coulibaly continue à se rétracter devant le Magistrat instructeur.

Après plusieurs questions d’éclaircissement posées par le Président de la Séance, Kamafily Dembélé, ses conseillers Tiécoura Samaké et Mama Diarra, les assesseurs et surtout Monsieur Kassogué, le représentant du Ministère public, les deux accusés ont plaidé pour leur non culpabilité dans cet assassinat et ont fini par convaincre car aucune charge n’a été retenue contre eux.

Ainsi, la Cour, après avoir statué, a déclaré que Bah Coulibaly et Souleymane Sidibé ne sont pas coupables des faits qui leur sont reprochés et portant sur la mort de Kokè Tangara, le 17 octobre 2006, à Sabalibougou, en Commune VI du District de Bamako.

Les deux jeunes gens Bah Coulibaly et Souleymane Sidibé, respectivement âgés de 28 ans et de 29 ans, sous mandat de dépôt depuis le 30 octobre 2006, ont été ainsi acquittés pour insuffisance de preuves et de charges.


Zhao Ahmed BAMBA

03 Juin 2010