Partager

L’audience d’hier lundi 6 novembre avait à son rôle une affaire de viol dont l’appât n’était autre que quelques sachets de « Mali-lait ». L’accusé, Mambé Kamissoko, au regard certainement de l’acte ignoble qu’il a commis, n’a pas daigné comparaître devant la Cour d’assises présidée par Bréhima Coulibaly avec, sur le banc du ministère public, le bouillant Moussa Bagayogo. Il a été condamné, par contumace à 20 ans de prison.

Les faits reprochés au jeune Mambé Kamissoko remontent à la nuit du vendredi 29 au samedi 30 octobre 2004. Cette nuit là, aux environs de 21 heures, la petite Suzunne Kamaté dite Mama, âgée d’environ 16 ans, de retour de chez une copine, trouva les jeunes Mambé Kamissoko, Boua et Tiécoura à la porte de son domicile.

Après avoir contemplé la jeune fille, Mambé eut envie d’entretenir des relations sexuelles avec elle. Il abusa de sa disponibilité constante à servir son prochain pour parvenir à ses fins. C’est ainsi qu’il lui remit la somme de 500 F CFA pour qu’elle aille acheter des sachets de « Mali-lait ».

A son retour, elle fut interceptée, avant d’arriver devant son domicile, par Mambé qui la conduisit dans sa chambre. Là, il abusa sexuellement d’elle tout en l’empêchant de crier. Entre-temps, ses deux compagnons s’étaient éclipsés.

Interpellé, Mambé reconnut les faits qui lui sont reprochés tant pendant l’enquête préliminaire qu’au cours de l’information, mais il soutint que celle-ci était consentante. Il fut donc mis sous mandat de dépôt le 2 novembre 2004 avant de bénéficier d’une liberté provisoire le 19 janvier 2005.

Ainsi, le délinquant profita de l’occasion pour disparaître dans la nature sans laisser de traces. Toute chose qui a rendu impossible l’exécution de l’ordonnance de prise de corps délivrée par le ministère public.

Face à la constance selon laquelle l’accusé a été cité régulièrement, l’affaire fut maintenue devant l’insistance du parquetier Moussa Bagayogo et jugée par contumace sous l’œil impuissant de l’avocat de la défense, Me Ely Diallo, qui a même révélé à la Cour qu’il a vainement entrepris des démarches afin de rentrer en contact avec son client.

En la matière, la défense n’a pas droit à la parole et le jugement se fait sans le concours des assesseurs. C’est ainsi que Mambé Kamissoko a écopé d’une peine lourde de 20 ans de prison.


Alassane DIARRA

Mosquée de Kalapo à Hamdalaye

Il vole un coran et tente de le vendre à 750 F CFA à… son propriétaire

Dans la matinée du 1er novembre 2006, Nouhoum Diarra, plus connu sous le nom de Ivoirien, a été appréhendé par La Brigade de recherche du 5e arrondissement. Il tentait de vendre à 750 F CFA le coran qu’il venait de voler à son propriétaire. Ce vol tout à fait bizarre, a eu lieu pendant la prière du petit matin du mercredi passé.

Nouhoum Diarra s’était introduit dans la moquée de Kalapo à Hamdalaye et avait calculé le moment opportun pour piquer le coran posé à côté d’un fidèle en pleine prière. Son forfait commis, Nouhoum a attendu calmement la fin de la prière pour rôder autour de la mosquée dans le but de vendre son butin à 750 F CFA.

Malheur lui prit de tomber sur le propriétaire du livre saint. Ce dernier alerta aussitôt le commissariat du 5e arrondissement. L’inspecteur Sidiki Koné et ses éléments se transportèrent immédiatement sur les lieux et appréhendèrent le voleur. Nouhoum Diarra, 24 ans, vient de rentrer de la Côte d’Ivoire Il y a à peine cinq mois. Il a été déféré le lundi 6 novembre 2006 devant le tribunal de première instance de la commune IV.


Pierre Fo’o Medjo

07 novembre 2006.