Partager

La Cour constitutionnelle qui occupe surtout le devant de la scène politique nationale à l’occasion des élections, vient d’être renouvelé à 100 %. Les neuf sages qui ont été désignés pour siéger en son sein sont tous nouveaux et tous juristes de formation. Ils sont sept magistrats de carrière de haut rang : un ancien député et un administrateur civil qui a été longtemps le secrétaire général de ladite institution.

Selon certaines sources, c’est le lundi prochain que les nouveaux membres entreront en service. Mme Manassa Danioko, doyen du corps des magistrats, une référence de la justice malienne est en pôle position pour le poste de président de l’institution.

Manassa Danioko, déjà lors de la conférence nationale, a été président de la Commission restreinte pour la préparation de la Conférence Nationale ; président de la Commission des textes sous la direction de feu Mamadou Lamine Traoré alors membre du CTSP ; président de la Commission de correction de la première mouture du projet constitutionnel à la Conférence nationale préparatoire à l’Assemblée Nationale avec comme rapporteur, Me Moriba Diallo et présentatrice du Code électoral à la Conférence nationale.

Ses plus hauts faits d’armes qui sont restés dans la mémoire des Maliens sont sans conteste sa prestation au « procès crimes de sang ». Elle a été par deux fois élue membre du Conseil supérieur de la Magistrature.

La « Dame de fer », « Nyéléni », ou encore la « force tranquille », selon ses collègues, a été désignée à la Cour constitutionnelle par le Conseil supérieur de la Magistrature.

Diplômée de l’Ena en 1970, elle est nommée magistrat la même année. Dès lors, elle gravit toutes les étapes de la magistrature en passant par plusieurs juridictions, tant à l’intérieur du pays qu’à Bamako.

Au niveau de la première instance, elle fut Substitut du Procureur de la République successivement à Ségou, Kayes et Sikasso, Juge d’Instruction à Ségou cumulativement avec les fonctions de Président du Tribunal du Travail de la même localité, Président du Tribunal de Première Instance de Bamako.

Au niveau Cour d’Appel, elle fit office de Substitut général, Avocat général, Conseiller, Président de chambre, Président de la chambre d’Accusation, Président par intérim de la Cour d’Appel de Bamako, Président de la Cour d’Assises du Mali et Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako.

Au niveau Cour Suprême, elle exerça les fonctions de Procureur Général avant d’entamer une carrière diplomatique. A son retour du Canada, elle se retrouva à l’Administration centrale comme Directeur national de l’Administration de la justice.

Outre les hautes fonctions judiciaires, Manassa Danioko a été membre de plusieurs délégations nationales. Elle connaît également le milieu diplomatique pour avoir été, pendant plusieurs années Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Mali au Canada chargé en même temps de Cuba, Mexique, Nicaragua et Venezuela.

Manassa Danioko est Chevalier de l’Ordre National du Mali et membre de droit du Conseil Supérieur de la Magistrature en tant que plus ancien Magistrat dans le grade le plus élevé du corps.

Alexis Kalambry

06 mars 2008.