Partager

L’incident est survenu, hier aux alentours de 13 heures, suite à l’interpellation d’un suspect dans la rue dénommée Malitel Da à Bamako-coura, non loin de la prison centrale.

En effet, les policiers du 6e arrondissement venus pour arrêter un suspect dans cette rue très animée où exercent des revendeurs et des réparateurs de téléphones portables ont essuyé des jets de pierre de la part d’individus opposés à cette interpellation. Dans le brouhaha qui s’en est suivi, un coup de feu est parti sans qu’on sache réellement qui l’a tiré. Les policiers se sentant menacés ont alors pris leurs pieds au cou, pourchassés qu’ils étaient par des manifestants qui les rendaient responsables du coup de feu. Croyant que les policiers venaient du 1er arrondissement tout proche, des manifestants se dirigèrent vers ce commissariat sur lequel ils lancèrent des projectiles. Pour les disperser, la police usa de gaz lacrymogène et fit appel en renfort aux éléments du GMS.

Selon des informations recueillies sur place, un policier et un civil auraient été blessés et plusieurs manifestants arrêtés et détenus au 6e arrondissement sis à Korofina. A notre passage au 1er arrondissement, dans l’après-midi, des Casques bleus y étaient positionnés pour sécuriser les lieux. En tout cas, au moment des faits, Bamako bruissait de toutes sortes de mauvaises nouvelles. Pour certains, ce sont les militaires qui se tiraient dessus tandis que d’autres pensaient à une initiative des fidèles du Général Amadou Haya Sanogo actuellement en détention qui chercheraient à le libérer. Heureusement, que ce n’est ni l’un ni l’autre des cas.

M FOFANA, B SEGBEDJI

L’Indépendant du 12 Décembre 2013