Partager

web-57.jpgLe coureur de jupons impénitent B.T est toujours souriant et accueillant. Il nous révèle qu’ il est conscient que ce qu’il fait est contraire à la loi. Mais il avoue n’avoir pas d’alternative. Il adore séduire les belles femmes. Et pourtant notre interlocuteur est marié à une seule épouse sous le régime polygamique. De quoi a t-il donc peur? B.T ne veut en aucun prix s’aventurer dans la polygamie. Il est bloqué par le caractère possessif de son épouse. Il est convaincu qu’elle ne supportera jamais une coépouse. Alors pourquoi la polygamie?

« J’ai obligé ma femme à accepter le régime polygame. Elle tenait à se marier avec moi. Elle a cédé. Je l’ai persuadé que je ne prendrais jamais une autre » raconte le vieux renard dans un sourire large.
En attendant B.T vit sa double vie amoureuse et clandestine aux côtés de sa maîtresse dans une villa qu’il loue à 35000fcfa par mois. Les concubins se voient 4 jours sur 7 dans la semaine.

« Je sais qu’aux yeux de beaucoup de personnes ces dépenses extra conjugales sont inutiles et condamnables. Mais je les supporte pour mon confort psychologique. En dehors du loyer et de l’entretien de la maison je m’occupe entièrement de ma petite amie. Je lui accorde le même traitement réservé à ma femme. Je préfère mille fois cette situation que de faire un choix définitif entre deux femmes pour qui j’éprouve deux sortes d’attachement différents » explique t-il.

La vie conjugale de A.D se déroule dans une atmosphère de douce haine. Et il la supporte stoïquement . Ce mari atypique reste avec sa femme à cause des enfants. Il expose sans état d’âme ce qui suit. « Je suis marié. J’ai deux enfants. Je n’aime plus ma femme et je sais que c’est réciproque. J’ai une belle liaison extra conjugale avec une femme qui m’apporte beaucoup d’affection. Je reste avec mon épouse pour que mes enfants grandissent dans le foyer familial. Je trouve que beaucoup d’enfants sont traumatisés par le divorce de leur parents. Je ne veux pas plonger ma progéniture dans ce calvaire » soutient t ce époux immoral.
Tout comme B.T le volage A.D aussi dépense une fortune pour s’attacher celle qui apaise ses fantasmes.

Amy .K vit avec un homme marié. Elle se réjouit de sa condition de maîtresse « Je sais qu’il est marié et qu’il ne quittera jamais sa femme. Je ne veux pas non plus qu’il la quitte. La situation me convient parfaitement. Je suis heureuse car je vis harmonieusement avec mon amant » dit-elle. Amy est convaincu que son amant consent d’ énormes sacrifices pour elle. En retour elle est compréhensive et patiente à son égard car « mon homme le mérite » insiste-t-elle.

web-56.jpgMon mari a un autre foyer!

Mme Diarra par contre se trouve actuellement au bord du divorce. Son histoire est étonnante. Notre héroïne s’est mariée avec un faux célibataire. Le bienheureux époux était déjà marié. Il avait bien caché son jeu jusqu’au bout. Aujourd’hui encore la naïve Mme Diarra se demande encore comment le malicieux s’y est pris pour la faire tomber dans son piège. « Nous vivions quotidiennement ensemble. Il est vrai qu’il se déplaçait beaucoup dans le cadre de son travail » explique t-elle. En effet Mr Diarra ne passait pas un mois entier à Bamako. Il était continuellement en mission. Et très souvent, il rentrait tardivement en inventant des prétextes bidon. Comme le dit un adage de chez nous: « seule la vérité sauve. Le premier mensonge est toujours couvert par un deuxième. Et ainsi de suite. Le menteur finit toujours par se faire prendre. » Ce n’est qu’ au mois de septembre passé que Mme Diarra a su la double vie menée par son époux. En partant faire sa visite prénatale elle aperçut la voiture de son mari devant une villa. Par curiosité elle s’est arrêtée pour en savoir davantage. A sa grande surprise ou plutôt à sa grande déception, son mari sortit du domicile en compagnie d’une autre femme plus âgée que Mme Diarra.

« Je me suis approchée. A ma vue mon mari a voulu faire demi tour. Mais c’était peine perdue car je l’ai contraint à s’arrêter.

Je me suis présentée à l’inconnue comme étant l’épouse de « Monsieur » ici présent. L’autre aussi surprise que moi a dévoilé son identité. Et elle a ajouté qu’elle est mariée avec ce dernier depuis 12 ans et qu’ils ont 4 enfants
« . Bamako est devenue une mégapole de plus d’un millions d’habitants. Cette aventure extra conjugale et extraordinaire révèle les aspects pernicieux de la vie trépidante et de la joie de vivre dans une grande capitale.
Furieuse Mme Diarra était au bord du désarroi. Elle a vécu trois ans avant de se marier avec « son comédien de mari« . Elle n’a jamais su qu’il était marié. Et quand elle a voulu en savoir plus sur sa famille Mr Diarra a convaincu sa deuxième épouse qu’il est seul à Bamako et que sa seule relation dans la capitale était une vieille qui l’hébergeait depuis ses années d’étudiant. C’est d’ailleurs cette famille qui s’est chargée de toutes les démarches nécessaire pour son mariage.

Vivre une double liaison n’est pas grave en soi. Mais le procédé devient immonde quand le mensonge et la tromperie se mêlent de la partie. Le couple repose sur deux personnes. le jeu est faussé si le principe de fidélité cède au libertinage. Il y a incompatibilité. Et le conjoint qui trompe est un sacré égoïste. Il n’a cure des valeurs de l’autre. Ainsi ne peut se passer la vie en société.

Mariam A. Traoré | Essor

2 novembre 2007