Partager

Aujourd’hui la deuxième journée des huitièmes de finale de la coupe du monde U-20, Turquie 2013 propose un plateau pour le moins alléchant : deux anciens lauréats de l’épreuve, cinq équipes invaincues – dont quatre ont bouclé la phase de groupes avec deux victoires et un nul -, et trois outsiders qui ont déjà créé la surprise seront présents sur la ligne de départ. Sur le papier, les quatre affiches semblent particulièrement indécises.

En théorie, le Portugal figure parmi les favoris de la compétition mais il trouvera sur sa route un Ghana qui a arraché son billet pour les huitièmes de finale de justesse et qui n’a plus rien à perdre. La Croatie, la Colombie et l’Irak ont bien négocié le premier tour mais il leur faudra cependant se méfier d’adversaires de bon niveau. Le Portugal et le Ghana possèdent des palmarès impressionnants. Le premier a été sacré champion du monde U-20 à deux reprises, en 1989 et 1991, tandis que le second s’est imposé en 2009. Toutefois, cette rencontre a bien d’autres attraits. En effet, les deux équipes pratiquent un football offensif et alerte.

Les Européens ont à leur crédit la meilleure attaque (10 buts) et la plus large victoire (5:0 contre Cuba) du tournoi. Ils comptent également dans leurs rangs le meilleur réalisateur de Turquie 2013, en la personne de Bruma (5 buts). Ces statistiques sont de nature à rassurer le sélectionneur Edgar Borges, même si les quatre buts concédés face au Nigeria et à la République de Corée prouvent que cette équipe n’est pas infaillible. À première vue, les Portugais abordent la rencontre en position de force mais le sauvetage miraculeux du Ghana, après deux défaites consécutives au premier tour, peut brouiller la donne. Les Africains ont battu les États-Unis lors de leur troisième sortie.

Après deux jours de suspense, ils ont finalement devancé l’Égypte d’un petit but et obtenu l’une des places de meilleurs troisièmes. Un tel parcours peut sembler modeste mais l’engagement et la détermination dont les Ghanéens ont fait preuve pour s’extraire du groupe le plus relevé de la compétition en dit long sur les qualités mentales des Black Satellites. Comme le Portugal, la Croatie a bouclé la première phase avec sept unités au compteur. À défaut de briller, la sélection dirigée par Dinko Jelicic entame la deuxième partie du tournoi en forme après avoir laissé neuf titulaires au repos contre la Nouvelle-Zélande. Le Chili a quant à lui réalisé un parcours moyen : une victoire contre l’Égypte, un nul face à l’Angleterre et une défaite devant l’Irak. Les Chiliens auront à cœur de se montrer plus à leur avantage mais ils devront également se méfier du jeu de tête des Croates.

Après des débuts en demi-teinte et un nul concédé à l’Australie, la Colombie est progressivement montée en puissance et figure parmi les candidats au titre. Les champions d’Amérique du Sud pourront compter sur un Juan Quintero en grande forme depuis le début du tournoi. À l’inverse, la République de Corée a connu une inquiétante baisse de régime au fil des parties. Pour ne rien arranger, Ryu Seungwoo est incertain pour cause de blessure.

Des quatre affiches au programme, celle qui oppose l’Irak au Paraguay est sans doute l’une des plus indécises. Qui plus est, les deux équipes sont toujours invaincues depuis le début de la compétition. Arrivés dans l’anonymat le plus total, les Lionceaux de Mésopotamie se sont imposés parmi les révélations du tournoi. Après avoir déjoué tous les pronostics dans leur groupe, ils espèrent écrire une nouvelle page de leur incroyable saga.

Les Paraguayens ont eux aussi le vent en poupe. Leur succès face au Mexique et les deux nuls qui ont suivi leur ont permis de s’adjuger la deuxième place de leur section. Toutefois, la suspension du capitaine Gustavo Gomez, exclu lors de la dernière journée, pourrait peser lourd dans la balance. Aujourd’hui à Kayseri 15h : Portugal-Ghana A Bursa 15h : Croatie-Chili A Trabzon 18h : Colombie-République de Corée Antalya 18h : Irak-Paraguay


Essor du 03 Juillet 2013