Partager

Les Créateurs affrontent le nouveau champion du Mali, le Djoliba, tandis que l’équipe de Bougouni s’explique avec le détenteur du trophée, le COB. Enjeu : une place en finale

Après la qualification de son équipe en demi-finale de la coupe du Mali, l’entraîneur des Onze Créateurs, Nouhoum Diané avait affirmé : « Je n’ai pas de préférence pour la suite des événements. A ce niveau de la compétition, toutes les équipes se valent ». Une blague ? Pas du tout car au moment où il faisait cette déclaration, Nouhoum Diané connaissait déjà le nom des quatre équipes qualifiées pour les demi-finales de Dame coupe. En revanche ce que le technicien ne savait pas à ce moment, c’est le nom de son futur adversaire (le tirage au sort n’avait pas été effectué). Question : Nouhoum Diané aurait-il tenu les mêmes propos s’il savait que le chemin des Onze Créateurs croiserait celui de l’ogre djolibiste ? Pas sûr. En tout cas, le technicien allait remuer la langue plusieurs fois avant de répondre. Car disons-le sans ambages, le Djoliba version Alou Badara Diallo, c’est l’équipe à éviter, un épouvantail. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 28 matches de championnat sans défaite (un record) 43 buts marqués pour seulement 7 encaissés.

Avec en prime, le titre de champion du Mali et une qualification à la phase de poules de la coupe de la Confédération. Qui souhaite croiser le fer avec un tel rouleau compresseur, une machine qui rase tout sur son passage ? Comme le Barça avant sa chute l’année dernière en demi-finale de la Ligue des champions d’Europe face à Chelsea futur vainqueur du trophée, le Djoliba version Alou Badara Diallo fait peur à tout le monde. Tout le monde sauf Nouhoum Diané, l’un des rares entraîneurs qui a réussi cette année à tenir tête au team de Hérémakono (0-0 lors de la phase aller du championnat). Le technicien rêve de déjouer les pronostics comme l’a fait Chelsea il y a quelques mois face au FC Barcelone. Seulement voilà, l’équipe de Niaréla n’est pas Chelsea et Nouhoum Diané ne dispose pas d’un attaquant comme Didier Drogba capable à lui seul de faire la différence à tout moment ou encore d’un dernier rempart comme Petr Cech. Sur le papier, il n y a donc pas photo entre les deux équipes. D’un côté il y a le Djoliba avec sa pléiade d’internationaux et qui est auréolé de son sacre en championnat et de l’autre, les Onze Créateurs majoritairement composés d’illustres inconnus.

En fait, le seul avantage-si avantage il y a-pour les Créateurs, c’est le fait qu’ils n’ont rien à perdre dans cette confrontation avec les nouveaux champions du Mali. Au contraire, le capitaine Aimé Koffi et ses coéquipiers ont tout à gagner dans cette demi-finale. S’ils gagnent, on dira qu’ils ont réalisé l’exploit de l’année ; le cas échéant, personne n’en voudra à l’équipe pour avoir plié devant l’ogre rouge. On s’en souvient, lors de la dernière explication entre les deux équipes les pensionnaires de Hérémakono s’étaient imposés 2-1 (24è journée du championnat). C’est la première fois que les Onze Créateurs atteignent une demi-finale de la coupe du Mali depuis l’accession de l’équipe à l’élite en 2007. Jusque-là, le meilleur résultat des joueurs de Niaréla était les quarts de finale que le team du président Sékou Maciré Sylla a disputé et perdu à trois reprises : 2006 et 2007 (défaite contre le COB) et 2011 (défaite contre cette même équipe du Djoliba, 0-2).

Les Onze Créateurs ont réalisé un parcours plutôt élogieux dans cette 52è édition de la coupe du Mali. En seizièmes de finale, le capitaine Aimé Koffi et ses coéquipiers ont d’abord écarté le Sonni de Gao dynamité 11-1. En huitième de finale, l’équipe s’offrira l’un des favoris de la compétition, le CSK dominé 2-1, avant de dicter sa loi au Mamahira de Kati en quart (3-2 après prolongations). Quant au Djoliba, il a dominé successivement Petits savants venant de Kati (7-0), Attar club de Kidal (5-1) et le Réal (3-2). Lors de leur dernière sortie en championnat (mercredi), les joueurs de Niaréla se sont promenés 5-1 devant l’ASB, tandis que les Rouges ont été accrochés 0-0 par l’AS Bakaridjan. La deuxième demi-finale entre le COB et l’US Bougouni est tout aussi déséquilibrée que la première. On peut même dire que c’est le match des extrêmes quand on sait que l’US Bougouni évolue en Division inférieure et n’avait jamais atteint une demi-finale de coupe du Mali.

La mission de l’équipe de Bougouni est d’autant plus délicate que les Olympiens sont détenteurs du trophée qu’ils ont conquis de haute lutte l’année dernière face au Stade malien. Pour se hisser dans le dernier carré, le COB a éliminé l’Office du Niger sports (4-0, seizièmes de finale) le Sigui de Kayes (4-0, huitièmes de finale) et l’AS Bakaridjan de Ségou (1-1 puis 5-4 t.a.b en quart). Quant aux néophytes de l’US Bougouni, ils ont commencé leur aventure à Koutiala face aux Ambassadeurs battus 2-1 en seizièmes de finale. En huitièmes de finale, les Jaunes et verts feront mordre la poussière à Alfarouk de Tombouctou (4-0) avant de valider leur ticket pour le dernier carré en dominant le Nianan 1-0 à Bougouni. Les responsables de l’US Bougouni l’ont déjà dit, l’objectif du club n’est pas la coupe du Mali, mais la montée en D1. Toutefois, s’ils ont les moyens, les Jaunes et verts ne se priveront pas du plaisir de s’inviter en finale.


Dimanche 12 août au stade Modibo Keïta

16h : Djoliba-Onze Créateurs

Lundi 13 août au stade Modibo Keïta

16h : COB-US Bougouni

Souleymane Bobo Tounkara

L’Essor du 10 août 2012