Partager

Les Rouges ont remporté, samedi au stade Modibo Keïta, la 61è édition de la Coupe du Mali, en battant 2-0 les Scorpions, au terme d’une partie maîtrisée de bout en bout. Ousmane Coulibaly (38è minute sur penalty) et Hamidou Sinayoko (87è minute) sont passés par là

Il était 18h22, samedi 25 juin au stade Modibo Keïta, quand l’arbitre Boubou Traoré sifflait la fin de la finale de la 61è édition de la Coupe du Mali. Sur la pelouse, les joueurs du Djoliba laissent éclater leur joie, alors que les supporters dansent et chantent dans les gradins au son des tams-tams du comité d’animation de l’équipe.

Les joueurs sont ensuite rejoints sur la pelouse par quelques dirigeants du club pour un tour d’honneur du stade pour saluer les supporters. Après, plus d’une décennie d’attente (2009), le Djoliba renoue avec Dame Coupe et soulève le prestigieux trophée pour la 20è fois de son histoire, contre 21 pour le grand rival et recordman de la compétition, le Stade malien. C’est aussi le premier titre majeur des Rouges depuis leur sacre en championnat national en 2012, soit 9 ans de disette.

Avec cette victoire, l’entraîneur Sékou Seck dit «Backo» et ses joueurs offrent aux supporters ce qu’ils attendaient depuis plusieurs années. Avant même le coup de sifflet final de la partie, les inconditionnels avaient commencé à fêter la victoire dans les gradins, dansant et entonnant des chansons à la gloire du capitaine Oumar Camara et ses coéquipiers.

Après la remise du trophée par le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, les supporters, majoritairement vêtus de rouge (la couleur traditionnelle du Djoliba), escorteront le bus des joueurs jusqu’au Complexe sportif Karounga Keïta au Quartier-Mali pour prolonger la fête. Brandissant des drapeaux rouges et verts, les inconditionnels entonnaient «doublé, doublé, doublé». Ils savent qu’après la victoire en Coupe du Mali, les protégés de Backo, leaders du championnat, avec cinq points d’avance sur leur poursuivant immédiat, l’AS Bakaridjan, sont désormais en pole position pour doubler la mise dans les prochains jours.

 Pour revenir à la finale de cette 61è édition de la Coupe du Mali, l’enjeu était de taille pour les deux équipes. D’un côté, le Djoliba n’avait plus soulevé le trophée depuis 2009 et restait sur trois défaites en finale (2013, 2014 et 2018) alors que le Réal, déjà hors course pour le championnat, cherchait à sauver sa saison avec le trophée de Dame Coupe. Des deux côtés, il y avait donc de la motivation, surtout quand on sait que le ticket de la Coupe de la Confédération était également en jeu. Ainsi, les supporters sont sortis massivement pour donner de la voix aux deux équipes et le stade Modibo Keïta était plein à craquer.

Les drapeaux des deux clubs ont été déployés partout et la présence dans la loge officielle du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga et de plusieurs membres du gouvernement, dont le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne Mossa Ag Attaher, a donné un éclat particulier à la rencontre.

La partie a débuté sur les chapeaux de roue mais il a fallu attendre un quart d’heure pour voir la première alerte. Suite à un centre d’Ibourahima Sidibé dans la surface du Djoliba, l’ailier Issa Keïta contrôle le cuir avant de tirer sur la barre transversale du gardien Youssouf Koïta (18è min). Première grosse frayeur pour les supporters du Djoliba. Des Rouges qui répliquent à la 24è minute par le capitaine Oumar Camara, dont la tête est captée par le dernier rempart du Réal, Germain Berthé. À la 36è minute, Aboubacar Diarra expédie à son tour un centre-tir qui est claqué en corner par le gardien réaliste. Le Djoliba accentue la pression sur l’arrière-adverse qui concède un penalty deux minutes plus tard, suite à une faute de main d’un défenseur dans la surface de réparation. L’attaquant Ousmane Coulibaly exécute la sentence et débloque le tableau d’affichage pour les siens (1-0, 38è min).

Au retour des vestiaires, le Djoliba tente de faire le break, mais la tête d’Ousmane Coulibaly, à la réception d’un centre de Nankoma Keïta, passe légèrement au-dessus de la barre transversale de Germain Berthé (50è min). Le Réal hausse le niveau de son jeu et se montre dangereux à l’image de l’ailier Cheickna A. Diakité, intégré en cours de jeu ou encore du milieu de terrain Makan Samabali. Mais derrière, la défense du Djoliba, commandée d’une main de fer par Félix Kamaté, est infranchissable. Dans les dix dernières minutes, le Réal jette toutes ses forces dans la bataille et se fait piéger sur un contre conclu par Hamidou Sinayoko (2-0, 87è min). Comme sur le penalty, les Scorpions protestent et réclament une position hors-jeu, mais en vain. Sur le coup, il semble que l’attaquant du Djoliba était couvert par un défenseur qui traînait derrière. Avec ce but, le match était plié pour le Djoliba qui va tout de même concéder un penalty dans le temps additionnel, suite à une faute du latéral Siaka Bagayoko sur un adversaire.

Malheureusement pour le Réal, le tir de Makan Samabaly sera détourné par le gardien Youssouf Koïta, connu pour être un spécialiste des penaltys. Score final : 2-0 pour le Djoliba qui met ainsi fin à la série de 17 matches sans défaite des Scorpions, toutes compétitions confondues et s’offre son 20è trophée de Coupe du Mali. «J’ai un sentiment de joie et de fierté. Ce n’était pas un match facile, mais l’équipe a répondu présente et je suis content pour les joueurs. Je pense que la clé du match a été les aspects psychologiques et la solidarité sur la pelouse, comme je l’avais dit avant la rencontre.

J’ai la chance d’avoir un groupe très solidaire et compact; après l’ouverture du score, nous avons empêché l’adversaire de jouer son football», a déclaré Backo Seck qui remporte ainsi son deuxième trophée de Dame Coupe après celui de 2011 avec le COB. Désormais, le technicien vise le premier doublé Coupe-championnat de sa carrière (le Djoliba joue demain contre l’AS Back stars et n’a plus besoin que de deux victoires pour être sacré). Élu meilleur joueur de la finale, le milieu de terrain du Djoliba, Aboubacar Diarra a exprimé sa satisfaction, avant de se projeter vers le championnat. «Dieu merci, nous avons remporté la Coupe du Mali qui était l’un des objectifs de l’équipe. Je suis très content, c’est une première récompense pour le groupe. On va tout faire pour atteindre l’autre objectif qui est le titre de champion», a dit Aboubacar Diarra.

Du côté du Réal, la déception était sur tous les visages, à l’image d’Ibourahima Sidibé. «Je suis très déçu. Nous n’avons pas fait un mauvais match, au contraire l’équipe a bien joué. Seulement, nous avons manqué de percussion devant et l’arbitrage a également joué sur l’équipe», a réagi le milieu de terrain. Le technicien Nouhoum Diané nourrit également des regrets, mais se montre philosophe. «J’ai des regrets, nous avons préparé cette finale dans les meilleures conditions. Malheureusement, Dieu en a décidé autrement. Le public est sorti massivement, parce que la finale de la Coupe du Mali est la plus grande fête du football national. C’est dommage que nous ayons perdu», a dit l’entraîneur réaliste.

Le vainqueur de cette 61è édition de la Coupe du Mali, le Djoliba a reçu une enveloppe de 10 millions de Fcfa contre la moitié pour le Réal et 500.000 Fcfa pour le meilleur joueur de la finale, Aboubacar Diarra. La finale s’est disputée en présence de plusieurs invités de marque, dont l’ancien international, Adama Coulibaly «Police», Yacine Idriss Diallo, président de la Fédération ivoirienne de football, Omar Khyari, vice-président de la Fédération royale marocaine de football, le Suédois Mathias Grafström, secrétaire général adjoint de la Fédération internationale de football association (FIFA), Malick Traoré, journaliste et présentateur à Canal+.
Ladji M. DIABY

Samedi 25 juin au stade Modibo Keïta
Djoliba-Réal : 2-0

Buts d’Ousmane Coulibaly (38è min s.p.) ; Hamidou Sinayoko (87è min).
Arbitrage de Boubou Traoré, assisté de Modibo Samaké et d’Amadou B. Guissé.

Djoliba : Youssouf Koïta, Sékou Diarra, Barou Sanogo, Félix Kamaté, Siaka Bagayoko, Fady S. Coulibaly (N’Gumbi, Gloire, 83è min), Oumar Camara (cap), Nankoma Keïta, Aboubacar Diarra (Mamadou Traoré, 90è min +2), Djibril S. Coulibaly (Hamidou Sinayoko, 63è min), Ousmane Coulibaly.

Entraîneur : Sékou Seck.

Réal : Germain Berthé, Ismaël Bamba, Mohamed Camara (cap), Emile Koné, Souleymane Coulibaly, Daouda Koné, Makan Samabali, Ibourahima Sidibé, Abdoulaye Mariko (Cheickna A. Diakité, 50è min), Issa Keïta, Moussa Koné, 59è min), Abdramane Traoré (Boulkassou Diarra, 79è min).

Entraîneur : Nouhoum Diané.

ILS ONT DIT…

Nankoma Keïta, milieu de terrain du Djoliba : «Aujourd’hui, on a prouvé qu’on a une bonne équipe. Les consignes du coach ont été respectées et nous avons joué sur le plan collectif. Maintenant, nous allons nous concentrer sur le championnat».

Hamidou Sinayoko, attaquant du Djoliba : «Nous avons bien travaillé cette saison et nous récoltons les fruits de nos efforts. Seul le travail paie. C’était normal que le Réal domine la deuxième période parce qu’il était mené au tableau d’affichage».

Cheickna A. Diakité, ailier du Réal : «Si nous avions marqué sur notre première occasion, on allait assister à un autre match. L’arbitrage a aussi pesé sur nous. Je remercie nos supporters qui sont sortis massivement».

Daouda Koné, milieu de terrain du Réal : «Nous n’allons pas nous focaliser sur ce qui s’est passé. Nous avons tout donné pour remporter cette coupe, mais les choses n’ont pas été à notre faveur. Ce n’est pas la fin du monde, on va rentrer et poursuivre le travail. Félicitations au Djoliba qui a bien joué».

Émile Koné, défenseur central du Réal : «Nous n’avons pas eu beaucoup d’occasions en première période. En deuxième, nous sommes revenus forts, nous avons gardé le ballon, mais ça n’a pas marché devant. Nous avons beaucoup de regrets, mais c’est le football».

Idriss Diallo, président de la Fédération ivoirienne de football : «Je suis très  content d’assister à cette belle finale sur invitation de mon frère et ami Bavieux. Je lui dis merci d’avoir pensé à moi parmi tous les présidents de fédérations pour être témoin oculaire de cette 61è édition de la Coupe du Mali».

Omar Kyari, vice-président de la Fédération royale marocaine : «J’ai un sentiment de joie d’être là au Mali, un pays frère qui  accompagne toujours le mien. C’était une belle finale. Félicitations aux Rouges et bon courage aux Noirs et Blancs. Notre pays est très honoré par l’invitation du président Touré».

Malick Traoré, journaliste à Canal+: «Très content d’être ici dans mon pays d’origine et ma joie est d’autant plus grande que j’ai reçu une médaille du Comité exécutif de la Fédération malienne de football. Ce geste me va droit au cœur, je remercie le président Bavieux et mes confrères et consœurs du Mali. La finale a été sensationnelle, bravo aux deux équipes».

Mme Diéminatou Sangaré, ministre de la Santé et du Développement social : «Je suis très contente d’avoir assisté à cette finale. Les supporters sont sortis très nombreux, je suis très heureuse de voir ce beau monde au stade. La finale a été à la hauteur des attentes mais il fallait un vainqueur et un vaincu».

Mme Doucouré Fatoumata Sangaré, cheffe division communication institutionnelle à Orange-Mali : «C’est une réelle satisfaction en tant que sponsor officiel de la Fédération malienne de football. La Coupe du Mali est la plus grande fête du football malien, toutes les équipes de première et deuxième divisions y participent. Nous nous réjouissons de la bonne organisation de la finale, les joueurs se sont donnés à fond».

Hamari Traoré, capitaine des Aigles : «Nous avons assisté à une belle finale avec deux équipes engagées et déterminées à gagner. Certes, il y a eu, à mon avis, des problèmes au niveau de l’arbitrage, mais c’était une belle finale. Félicitations au Djoliba, quant au Réal, j’encourage l’équipe à redoubler d’efforts pour l’année prochaine. Presque toute ma famille était là pour soutenir et accompagner mon frère-cadet, Abdramane Traoré dit RBA» (Réal, ndlr).

Falaye Sacko, défenseur des Aigles : «La finale était d’un bon niveau technique, même s’il y a eu des erreurs d’arbitrage. Mes remerciements à la Fédération pour l’invitation, nous avons passé un bon après-midi de football».

Aly Yirango, international malien : «Je suis très content pour mon club de cœur. Depuis 2009, le Djoliba n’avait pas remporté de coupe. Ce soir, c’est la fête. Chapeau à mon jeune frère Youssouf Koïta, spécialiste des penaltys».

Adama Niane, international malien : «Mes félicitations aux Rouges pour ce titre bien mérité. Les supporters sont sortis très nombreux et étaient habillés aux couleurs de leur club respectif. Ils étaient beaux. Bon courage au Réal qui a dominé le jeu mais qui a été inefficace devant les buts».

Propos recueillis par
L.M.D. et
Djènèba BAGAYOKO

Source: L’Essor