Partager

Les Centristes ont décroché leur ticket en dominant le Djoliba 2-0, dimanche au stade Modibo Keïta.C’est bien une claque de trop et qui risque de sulfurer une atmosphère déjà très lourde en contestation à Hèrèmakono. Toujours moins souverain en championnat national, le Djoliba, a été éliminé dimanche en demi-finale de la coupe du Mali par le Centre Salif Keïta. Une défaite somme toute logique (0-2) de l’équipe de Hèrèmakono, qui a souffert pendant 90 minutes devant une formation du CSK, méthodique et très engagée.

jpg_djoliba-15.jpgLes Rouges bardés de 19 trophées et incapables de faire honneur cette saison à leur rang d’ogre national, seront donc les grands absents de la fête du Cinquantenaire au niveau du football. Alors que le CSK, trois fois demi finaliste malheureux, disputera bel et bien la première finale de son histoire dans un choc qui s’annonce bouillant.

Tout le monde sportif ou presque (public et téléspectateurs) a reconnu que le Djoliba n’a jamais su trouver dimanche, au stade Modibo Keïta, les réponses face à une équipe centriste, qui a su développer un jeu intelligent et réaliste.

Le Djoliba a donc souffert de mille maux pour tenir la dragée haute à des « Boys » centristes bien coriaces, dans un match qui a parfois tourné à la douce folie. Le CSK entame en effet le match de manière non surprenante, inquiétant le keeper Bathily dès les premiers instants par Cheick Fantamady Diarra, bien lancé par son capitaine Idrissa Laïco Traoré (2è min).

Un peu comme contre le COB lors de la 22è journée du championnat, l’équipe de Hèrèmakono ne parvient pas à trouver ses repères sur la pelouse, gênée par le pressing haut des hommes du président Sékouba Keïta. Et même si les détenteurs du trophée national, parviennent enfin à avancer après le premier quart d’heure, l’attaque manque toujours de clairvoyance et d’efficacité devant la cage de Madou Traoré.

Au fur et à mesure, les Rouges tentaient quand même à reconquérir la confiance de leurs supporters, moins nombreux dimanche après-midi au stade Modibo Keïta, certes par intermittence, mais le CSK donne presque l’impression d’avoir déjà laissé passer sa chance en évoluant de plus en plus bas. Cheick Fantamady Diarra perce sur la droite de la surface mais ne trouve personne sur son centre en retrait (41è min), tandis que Yacouba Niaré frappe juste au-dessus à 15 mètres du but de Bathily après une superbe combinaison avec son capitaine Idrissa N.L Traoré.

Mais si les Rouges étalent beaucoup d’imperfections, ils se montrent encore et toujours dangereux, par Guimballa Oulé Tounkara, Karim Sogoba et Mohamed Oumar Konaté jusqu’à la pause. Les poulains de l’entraîneur Idrissa Kanté dit Gorgui, reviennent des vestiaires, bien dopés par la pause.

Et trois petites minutes après la reprise, Adama Diarra, libre de tout marquage et à la conclusion d’un jeu en triangle, reprend victorieusement de la tête, un centre de Cheick Fantamady Diarra (48è min, 1-0).

Le CSK débloque en toute logique le compteur devant une équipe du Djoliba complètement désorientée. Avec une défense bien en confiance après les actions molles des Rouges et un milieu très entreprenant, le CSK prend son aise sur l’aire de jeu.

Les partenaires de Cheick Tidiane Berthé, continuent d’endormir leurs adversaires, jusqu’à ce second coup de tonnerre de la partie, lorsque Adama Diarra reprit énergiquement au fond de la cage de Bathily, un centre de Idrissa N.L Traoré, venu de la gauche de l’attaque centriste, (83è min, 2-0). Ce but va lancer une période folle de sept minutes, imprimée par l’international junior, Ibourahima Sidibé entré à la place d’un Lassine Diarra décevant.

Les deux équipes vont alors se toiser pendant les minutes restantes. Mais avec son jeu à une touche de balle et une bande de jeunots, décidée à écrire la plus belle page de l’histoire du club, le CSK termine la partie sans frayeur. Rien à redire sur les ambitions de cette nouvelle vague des « Boys « , sauf qu’ils possèdent une base incroyablement solide qui peut les aider à se sortir de n’importe quel piège lors de la finale. Alors que leurs adversaires du jour, sont passés à côté du sujet.

Hèrèmakono semble d’ailleurs résolu, à vivre sa pire saison, avec un titre de championnat qui lui glisse entre les doigts et des levées de boucliers qui se forment un peu partout contre la direction du club, coupable de manque d’ambition et d’objectif précis. Seule une belle prestation en coupe CAF, qui reprend ses droits en fin du mois, pourra adoucir tant soit peu les passions au sein du Djoliba.

Dimanche 4 juillet au stade Modibo Keïta CSK-Djoliba : 2-0 Buts de Adama Diarra, (48è et 83è min ) Bon arbitrage de Ibrahim A. Haïdara assisté de Mamadou S. Haïdara et Fousseyni Traoré.

CSK : Mamadou Traoré ; Modibo Mariko ; Aboubacar Magassa ;
Mahamadou Kondo ; Oumar Koné (Abdoulaye Konaté) ; Cheick T Berthé
; Seydou Mbaye ; Idrissa N.L Traoré (cap) ; Adama Diarra ; Cheick
F.M Diarra, (Broulaye Sangaré) et Yacouba Niaré (Mamoudou Simpara)
.

Entraîneur : Idrissa Kanté.

Djoliba : Cheick O Bathily ; Sékou Bagayoko
(cap), Mohamed O Konaté ; Issa Traoré ; Sory I Bangoura
; Guimballa Oulé Tounkara ; Lamine Diawara,(Issa Mamoutou Traoré)
; Karim Sogoba ; Lassine Diarra, (Ibourahima Sidibé) ; Mintou
Doucouré, (Koffi Nguessan Jacques) et Alou Bagayoko
.

Entraîneur : Michel Kigoma.

Modibo Naman Traoré

L’Essor du 06 Juillet 2010.