Partager

A Koulikoro, le tenant du titre, l’Association sportive de Bamako (ASB) recevra le Club olympique de Bamako (COB). L’ASB n’a que la coupe du Mali pour sauver sa saison et se faire pour la 2e fois consécutive une place en compétitions africaines. Son adversaire, bien que lancé à la poursuite du titre de champion national, priorise certainement la Coupe du Mali. Du fait que le Stade malien a déjà franchi un pas de géant sur le titre.

Les deux équipes ont la même certitude : le titre de champion du Stade malien donnerait une place africaine à l’équipe qui le rencontrerait en finale. C’est pourquoi, cette rencontre donnera une allure de match de qualification pour les compétitions africaines. Encore faut-il que le Stade malien vienne à bout du CSK (Centre Salif Kéïta) dans l’autre demi-finale qui se joue à Ségou. Au regard de sa forme du moment, le COB semble avoir les moyens de venir à bout de l’ASB.

L’équipe de Diofolo Traoré est diminuée par les absences de son capitaine Boubacar S. Koné parti à El Mereik du Soudan et de Ousmane Bagayoko qui effectue un test chez le FC Metz de France. Sidy Coulibaly, Kalilou M. Traoré, Fousseyni Tounkara et leurs camarades auraient fort à faire pour contenir une équipe Cobiste disciplinée et volontaire. Le collectif suffisamment huilé des hommes de Moussa Konaté menés par leur capitaine Alhousseyni Kéïta pourrait faire la différence.

A défaut, le COB a des individualités (Amadou Sidibé, Adama Sidibé, Amadou Diamouténé) qui peuvent bloquer la situation. Cette rencontre sera arbitrée par le trio Ousmane Karembé, Ibrahim Bagagah et Amadoun Kola Cissé. A Ségou, le trio d’arbitres Ousmane Sidibé, Mahamadou S. Haïdara et Moumouni Berthé aura la rencontre la plus difficile de ces demi-finales. Comme l’ASB, le CSK n’a que la coupe nationale pour sauver sa saison. Alors que le Stade est très bien lancé pour le doublé. Et cette année, le Stade a régulièrement dominé le CSK en championnat.

Toutefois, chaque rencontre avec le Stade permet au CSK, avec Cheick T Berthé, Idrissa Laïco Traoré ou Oumar S.M Kanté, de faire étalage de leur bagages techniques. Et à chaque fois, le Stade a fait preuve de réalisme laissant la pratique du beau jeu aux Centristes. La rencontre de cet après midi n’échappe pas à la règle. Les Centristes se jetteront corps et âme dans la bataille. Ils devront toutefois se méfier de la maîtrise technique de Harouna Diarra qui est capable de supporter tout le match en faveur de son club.

En somme, cette rencontre CSK/Stade malien est pour le moins indécis. L’équipe qui ferait preuve de réalisme pourrait l’emporter.

Souleymane Diallo

14 juillet 2006