Partager


Le Djoliba AC de Bamako a décroché son 18è trophée de coupe du Mali de football à l’issue d’une finale, à sens unique, qui l’a opposé au COB, samedi 23 août 2008 au stade omnisports Modibo Kéita sous l’œil vigilant du président de la République, Amadou Toumani Touré. Les Rouges établissent ainsi le record de détention de Dame coupe, à une longueur de son éternel rival, le Stade malien de Bamako.


Presque plus de doute
:

le Djoliba Athlétique Club de Bamako est assuré du doublé Coupe-Championnat 2007-2008, et dès mardi les supporters de Hèrèmakono pourraient fêter leur 4è doublé (record ex-æquo avec le Stade) à l’issue du match de championnat contre Onze Créateurs de Niaréla. A trois journées de la fin du championnat, le Djoliba est à 2 longueurs de son poursuivant direct, le Stade malien de Bamako, mais avec deux matches (faciles) en retard.

Le premier pas vers cette consécration a été allègrement franchi à l’issue de la finale de la 48è édition de la coupe du Mali gagnée face au COB, 2-0. Ni la victoire, ni le score, encore moins la manière n’ont surpris. Au contraire, cette consécration ne fait que confirmer deux réalités patentes : la suprématie du Djoliba sur le football national, celle de Bréhimablen Traoré au sein du club rouge.

Le vieux briscard a une fois de plus prouvé qu’il est l’âme de l’équipe du président Karounga Kéita en débloquant le compteur du tableau d’affichage à la 27è mn. Sur un centre de l’ailier Oumar Sega Mady Kanté, l’avant centre surgit derrière la défense verte pour piquer une tête imparable. Ce but, le vieux renard des surfaces le guettait depuis la 14è mn quand in arriva trop tard sur un centre du latéral gauche, Amadou Sidibé, l’un des trois Aigles sur le terrain.

A la 23è mn, Bréhimablen laissa à nouveau la balle lui filer sous les jambes devant les buts grandement ouverts suite à un centre du Béninois Nouhoum Kobina.
La 3è occasion fut la bonne pour ce doyen des joueurs maliens en activité, révélé au grand public par feu Mamadou Kéita « Capi » (la panthère noire de Yaoundé 72) qui l’avait sélectionné pour la CAN 94 en Tunisie. Depuis, il traîne sa bosse sur les stades africains.

Durant toute la première période, le COB ne s’est pas créé la moindre occasion nette de but. Dominés à outrance, les Olympiens ont à peine franchi la ligne médiane. Ce fut une partie à sens unique, le Djoliba ayant fait l’essentiel du jeu. Les Rouges étaient présents et les premiers sur toutes les balles, à un rythme effréné qui coupa le souffle à l’adversaire.

Le diablotin vert Amadou Diamouténé était sevré de balles. Pour en avoir, il repliait lui-même jusqu’en défense, mais butait toujours sur la muraille rouge. C’était l’impasse pour les poulains de Adama Traoré « Boxeur » qui doivent se dire heureux d’avoir atteint la pause avec le score minimum.

La fine pluie qui accompagna le début de la deuxième mi-temps contribua à débrider le jeu de part et d’autre, mais avec une plus grande motivation apparente pour les Verts qui prennent l’initiative du jeu et s’offrent quelques occasions sporadiques. Pas plus.
Le reste du match fut une partie de baballe dont aucun camp ne tirait profit.

C’est dans ce ping-pong, que les Rouges sonnent le glas par le rentrant Janvier Sédonoudé Abouta (à la place de Bréhimablen) à la réception d’un centre d’un autre rentrant, Guimballa Oulé Tounkara. C’était à la 90è mn. Les protégés de l’entraîneur Alou Badra Diallo se sont même permis de rater « le break » sur un long lob de Yahaya Coulibaly dans les arrêts de jeu. Score final : 2 buts à 0, comme pour dire que la saison 2007-2008 est toute rouge.

SEKOU TAMBOURA

25 Août 2008