Partager

Le derby AS Réal-Djoliba, en demi-finale de la 47e édition de la Coupe du Mali, a tenu toutes ses promesses dimanche dernier au Stade Modibo Kéita. Finalement, ce sont les Rouges qui l’ont emporté (4-2). Tout comme l’AS Bakaridjan qui continue à surprendre les équipes de la capitale. En effet, après le Stade malien de Bamako, c’est le COB qui a subi le coup de massue des joueurs de Barouéli (Ségou), vainqueurs par 2-1. La finale de l’édition 2007 opposera donc le Djoliba à l’AS Bakaridjan, le 29 juillet prochain au Stade Abdoulaye Macoro Sissoko de Kayes.

La première rencontre a commencé sur des chapeaux de roue entre deux formations qui avaient aligné tous leurs ténors. Dans les quinze premières minutes, ce sont les Rouges de Fagnery Diarra qui ont réussi à dérouler leur rouleau compresseur, empêchant les jeunes Scorpions de se concentrer pour injecter leur dard sur une pelouse détrempée. Bien leur en a pris parce que le Djoliba mène rapidement au score grâce au réalisme de Lassana Fané et d’Ousmane Bagayogo. C’était le pire scénario pour les Réalistes tombés dans leur propre piège du hors-jeu.

Les protégés de Mad Coulou laissent passer l’orage pour essayer de s’organiser et porter la réplique nécessaire. Ainsi, avant la pause sifflée par l’international Koman Coulibaly, ils réduisent le score par l’insaisissable Koffi Nguessan Jacques qui a perforé la muraille rouge suite à un raid solitaire. Une réduction de score à l’actif du jeune meneur de jeu du Réal, Modibo Sidibé, qui a multiplié les passes lumineuses pour approvisionner l’artillerie noire et blanche animée par des canonniers comme Momo Wendel Soumah et Koffi Nguessan Jacques.

D’ailleurs, quatre minutes après la reprise, ce dernier remet les pendules à l’heure grâce à un caviar de Moriba Diop. Les deux équipes se neutralisent en essayant de se surprendre par des contres. Le Réal, entre-temps privé de Momo Wendel Soumah, blessé, a eu l’opportunité de prendre l’avance à plusieurs reprises. Mais, c’est le Djoliba qui reprend les commandes par Moussa Diallo alias Comité sur un corner de Souleymane Dembélé.

On attendait alors un sursaut d’orgueil de la part des jeunes Scorpions dont le rêve était de sauver leur saison terne en s’adjugeant Dame Coupe. Mais, c’est plutôt le Vieux briscard, Malal Ndiaye, entré à la place d’Ousmane Bagayogo, qui allait porter l’estocade en portant le score à 4-2 pour le Djoliba qui se qualifie ainsi pour la 47e finale de la Coupe du Mali prévue à Kayes le 29 juillet 2007.

L’expérience des Malal Ndiaye, Abdoulaye Bathily, Daouda Diakité dit Darou, Alfousseyni Kouma, Moussa Diallo et Bréhima Traoré Bouramablen l’a emporté sur l’enthousiasme des jeunes loups du Réal comme Noumouké Traoré, Oumar Sidibé, Hamidou Doumbia, Fousseyni Tounkara, Momo Wendel Soumah, Koffi Nguessan Jacques, Mohamed Coumaré…


Tombeur de « grands »

En seconde rencontre, l’AS Bakaridjan a poursuivi sa belle série contre les clubs de la capitale. Après le Stade malien de Bamako en quart de finale, c’est le COB qui a subi la loi des protégés de Moussa Kéita Dougoutigui. En trois minutes (entre la 23e et 26e minute), les joueurs de Barouéli ont mis fin au rêve des Verts par le vieux briscard, Abdoul Karim Magassouba et Alou Bagayogo. Après, ils ont lucidement géré le reste du match en ne concédant qu’un but en seconde mi-temps.

Cette victoire de l’AS Bakaridjan n’a plus rien de surprenant parce qu’elle est incontestablement l’équipe en forme du moment. En témoignent ses victoires en championnat contre le CSK et l’AS Réal (3-0). Tout comme celle réalisée en quart de finale de la Coupe du Mali contre les Blancs de Bamako, détenteurs du trophée. « Je pense que le coup est jouable et dimanche nous jouerons pour la finale car mes joueurs sont motivés. Et s’ils respectent mes consignes comme ils l’ont fait contre le Stade malien de Bamako, c’est sûr que l’objectif sera atteint », avait souligné Dougoutigui à la veille de cette rencontre.

Djoliba-AS Bakaridjan ! C’est donc l’affiche inédite de la 47e édition de la Coupe du Mali. Ces deux formations se connaissent puisqu’elles ont souvent l’habitude de s’entraîner côte à côte à Hèrèmakono. Mais, la pression sera surtout du côté des Rouges qui doivent se méfier de ce club de l’intérieur qui ne va pas rater l’occasion d’entrer dans l’histoire après seulement deux saisons en première division.

L’ambition du club, se maintenir dans l’élite, est presque atteinte. Maintenant, elle veut une cerise sur le gâteau. « Rien ne nous empêchera d’aller au bout de nos ambitions. Et même si nous sommes en quête de maintien en championnat, nous jouerons pour gagner car il nous faut cette coupe », prévient Dougoutigui.

De toutes les manières, le Djoliba doit savoir maintenant à quoi s’en tenir parce que l’AS Bakaridjan est désormais un adversaire qu’on ne peut plus minimiser dans cette compétition.

Moussa Bolly

17 juillet 2007.