Partager

D’un côté, les Blancs se fixent comme objectif de prendre une option sur la qualification avant le match retour et de l’autre, les Congolais ambitionnent de négocier au mieux leur déplacement à Bamako.

Les demi-finales de la Coupe de la Confédération se disputent ce dimanche. Le Stade malien accueille le TP Mazembé de la RD Congo, dimanche au stade Modibo Keïta, tandis que l’autre demi-finale sera 100% tunisienne et opposera le CA Bizerte et le CS sfaxien. Après la phase de poules, c’est donc une autre étape qui commence pour les équipes. Après voir terminé 2è de la poule A, le keeper-capitaine du Stade malien, Soumaïla Diakité et ses coéquipiers vont démarrer cette double confrontation avec le TP Mazembé à domicile. Cette rencontre est capitale pour les Blancs. Devant leur public, les pensionnaires de Sotuba ont l’obligation de résultat avant de voyager dans deux semaines à Lubumbashi. Le Stade malien ne doit en aucun cas encaisser à domicile.

C’est très important pour le décompte final. Pour cette manche aller, la détermination, la concentration défensive et l’efficacité offensive devront être les mots d’ordre de l’équipe de Pascal Janin. Il faudra que la ligne défensive reste concentrée et ne commet aucune erreur et que les attaquants soient efficaces devant les buts adverses. Pour l’entraîneur stadiste Pascal Janin, la qualification pour la finale va se jouer sur les deux matches d’où l’importance pour les Blancs de garder leur cage inviolée pour cette première manche. «Il y a deux matches. Il ne s’agit pas de tout compromettre sur le premier, de tout donner et partir à la chasse au fusil sans garder une certaine lucidité. Il faut rester lucide.

Un 0-0 à la limite sera peut-être décevant mais ce ne sera pas forcément un mauvais résultat parce qu’un match nul 1-1 là bas nous qualifierait. Il y a ces petits détails qu’il faut garder en tête pour ne pas vouloir tout mélanger, explique le technicien français. Faire des efforts pour marquer des buts et ne pas en encaisser. Mais ne pas faire n’importe quoi», ajoute Pascal Janin. «Le résultat de ce match aller peut être déterminant pour la qualification. Mais le fait de ne pas encaisser de but à domicile est important dans ce genre de confrontation. On va faire des efforts pour marquer tout en essayant de sécuriser derrière», annonce l’entraîneur de Sotuba. Cette demi-finale entre le Stade malien et le TP Mazembé sera l’occasion des retrouvailles.

En effet, cinq joueurs maliens évoluent au PT Mazembé dont deux anciens Stadistes, Cheibane Traoré et Ousmana Cissé. Les trois autres internationaux maliens du club de Lubumbashi sont Alou Bagayoko, Boubacar Diarra et Salif Coulibaly. En outre, le TP Mazembé sera conduit lors de ce choc avec le Stade malien par l’ancien sélectionneur des Aigles, Patrice Carteron. «Quand j’ai su que nous devions jouer contre le Stade malien, les beaux moments vécus avec ce club ont traversé mon esprit. J’étais jeune mais j’ai connu de belles aventures avec l’équipe. C’est un moment spécial parce que certains de mes anciens coéquipiers sont encore dans le groupe notamment Soumaïla Diakité, Mamadou Coulibaly et Lamine Diawara. Je suis content de les revoir», a confié Cheïbane Traoré sur le site de la CAF.

La présence de nos compatriotes dans l’effectif du TP Mazembé sera-t-elle un avantage pour le Stade malien ? Pour l’entraîneur de l’équipe de Sotuba, c’est plutôt à l’avantage de la formation de Lubumbashi. «Je ne sais pas, répond Pascal Janin. Je ne connais pas particulièrement ces joueurs là. Mais je pense qu’ils auront à cœur de faire un bon match face à leur famille et face à leurs ex-supporters. Je pense que c’est plutôt un avantage pour le TP Mazembé d’avoir des joueurs maliens dans ses rangs.

Mais on verra sur le terrain ce que cela va donner», poursuivra l’entraîneur stadiste. Quid de Patrice Carteron, l’ancien sélectionneur des Aigles ? «Il connait bien le Mali mais chacun a ses arguments. Eux, ils ont des qualités et ils ont peut-être quelques petites lacunes. Nous, c’est la même chose. Il faut être concentré au maximum sur ce que nous sommes capables de faire. Le faire à 100% et si cela ne suffit pas pour les battre c’est qu’ils sont plus forts que nous», conclut l’entraîneur français du Stade malien.

Pour cette demi-finale aller, le TP Mazembé a fait environ deux semaines de stage du côté d’Accra au Ghana. De quoi penser que l’équipe de Lubumbashi ne sous-estime pas le Stade malien et qu’elle sera motivée dès cette manche aller. De ce stage de préparation au Ghana, les Congolais comptent s’armer physiquement et techniquement afin de ramener un bon résultat de leur voyage de Bamako. Sur le site officiel du club, Trésor Mputu a confié que ce face à face est une rencontre capitale qu’il faut négocier au mieux. «Nous nous entraînons tous les jours, de manière intensive.

Physiquement, cela demande beaucoup d’efforts mais c’est tout à fait normal et bien pour l’équipe. Elle progresse de jour en jour. C’est un match capital pour nous, surtout la manche aller à Bamako. Il sera très important de bien la négocier si nous avons réellement envie de gagner cette coupe de la Confédération. Forcément, il faudra faire mieux que lors du match précédent à l’extérieur, face au FUS Rabat», annonce le capitaine du club congolais.

L. M. DIABY

Dimanche 6 octobre au stade Modibo Keïta

16h : Stade malien-TP Mazembé Arbitrage d’Alioum Néant (Cameroun) assisté de son compatriote Evarist Menkouande et du Nigérian, Peter Edibi. Au stade du 15 octobre de Bizerte

14h : CA Bizerte-CS sfaxien Arbitrage de l’Algérien Benouza Mohamed assisté de ses compatriotes Omari Bouabdallah et Bechirene Mohamed.