Partager

Le Djoliba n’a donc pas réussi à renverser la situation au stade Denis Sassou Nguesso de Dolisie. Tenus en échec le 18 novembre au stade du 26 Mars, les Rouges de Bamako se sont inclinés 1-2 hier en finale retour face à l’AC Léopard de Dolisie.

jpg_une-1181.jpgDu coup les Congolais remportent la 9è édition de la Coupe de la confédération et brisent le rêve des joueurs de Hèrèmakono. Menés au score après 24 minutes de jeu (but du défenseur central Mohamed O. Konaté) qui a malencontreusement dévié dans ses propres filets un centre de Cesair Gandze. Le Djoliba a réussi à égaliser à la 35è minute grâce à son défenseur central Salif Coulibaly qui avait déjà marqué à l’aller. Mais la joie des champions du Mali sera de courte durée puisque à la 45è minute Bhebey Ndey Rudy Guelord profite du mauvais marquage de la défense malienne pour redonner l’avantage aux locaux dans un stade presque en délire (2-1).

Malgré l’intégration de deux joueurs à vocation offensive (Idrissa N. L. Traoré et Boubacar Bangoura en deuxième période) ce sont les locaux qui feront l’essentiel du jeu en deuxième période et se créeront les meilleures occasions. A deux reprises Bhebey Ndey Rudy Guelord aura la balle du K.O. au bout du crampon, mais l’attaquant de l’AC Léopard ne parviendra pas à marquer (79è et 80è min). Jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre camerounais, aucun but ne sera marqué ni d’un côté ni de l’autre. Les Fauves de Niari remportent ainsi cette 9è édition de la Coupe de la confédération et deviennent la deuxième équipe de Congo à remporter une Coupe africaine des club après le Cara de Brazzaville, vainqueur de la défunte coupe d’Afrique des clubs champions en 1974.

Aussitôt après la fin de la cérémonie de remise du trophée par le président de la CAF, Issa Hayatou plusieurs centaines de supporters ont envahi les rues de Dolisie pour saluer l’exploit des joueurs du technicien camerounais Joseph Marius Omog. La fête a duré toute la nuit. Nous reviendrons plus en détails dans notre édition de demain sur la victoire des joueurs de Dolisie et le rêve brisé des Djolibistes qui ont cru jusqu’au bout au succès, mais qui ont échoué au pied du podium.

Envoyé spécial

SOULEYMANE BOBO TOUNKARA

L’Essor du 26 Novembre 2012