Partager

Mahamane Cissé (en rouge) et ses partenaires se sont montrés inefficaces devant les buts adverses

Tenus en échec par AC Léopards, dimanche au stade du 26 Mars, les Rouges de Bamako sont désormais condamnés à l’exploit au match retour au Congo pour coiffer la première couronne continentale de leur histoirejpg_une-1161.jpg

En première période, le spectacle n’a clairement pas été au rendez-vous. Le Djoliba affichait une meilleure maîtrise technique et se procurait la première occasion dangereuse avec un centre-tir d’Alou Bagayoko, sur lequel Boubacar Bangoura est trop juste pour catapulter le cuir au fond du filet de Lutudu Doulé, (12è min).

A vouloir jouer trop direct, les poulains d’Alou Badra Diallo multipliaient les erreurs techniques et peinaient à se montrer réellement dangereux. Le coach du Djoliba avait décidé de reconduire le même onze de départ de la demi-finale retour pour donner du tournis à une équipe congolaise qui, au terme de deux rencontres a fini par sceller un clientélisme de bon aloi avec son adversaire malien.

Le manque d’automatisme des hommes de Hèrèmakono a été flagrant, ce dimanche au stade du 26 Mars et les Fauves du Niari ont rapidement tenté de profiter de cette fébrilité défensive en première période, mais se sont montrés, d’abord trop brouillons aux abords de la surface adverse. Le capitaine Bhebey Ndey Rudy Guelord tente un tir de 20 mètres qui passe à côté du montant de la cage du keeper Aly Yirango, (16è min).

Timides et peu inspirés offensivement, les Léopards vont toutefois ouvrir le score par Kivouri Rochel Fernand. L’attaquant congolais profitait d’une erreur d’alignement de la défense djolibiste et d’une désertion momentanée du latéral Sory Ibrahim Bangoura, pour s’infiltrer sur le couloir gauche, fixer d’abord le portier Aly Yirango, coupable aussi de désertion, avant de tenter un shoot anodin qui fit mouche, (20è min, 0-1). Un but qui permettait aux hommes du technicien Omog Joseph Marius d’avoir l’emprise sur le match face à des hôtes toujours brouillons dans la créativité offensive.

Il fallait attendre les quinze dernières minutes avant la pause pour voir les débats s’animer avec notamment une intervention de Lutudu Doulé devant Boubacar Bangoura, (30è min). Comme en demi-finale retour contre l’équipe soudanaise d’Al Hilal, c’est une affaire de penalty qui va permettre au Djoliba de se remettre à l’endroit. Mahamane Cissé se montre aussi impeccable et indispensable sur le flanc droit de l’attaque de Hèrèmakono.

Parti de sa zone de prédilection, l’international junior s’enfonce dans la surface congolaise côté gauche, après avoir semé deux défenseurs, il est fauché par le dernier défenseur congolais, Magnokélé Bissiki. L’arbitre sud-africain Daniel Bennett montre le point de penalty au grand bonheur d’une marée rouge trop passive dans les gradins. Des supporters qui n’ont jamais été présents au chevet de leur équipe. Alou Bagayoko exécute parfaitement la sentence en mettant le cuir au fond de la cage du gardien Lutudu, (35è min, 1-1).

Après la pause, le rythme s’accélérait pour les Rouges. Si le spectacle s’est légèrement amélioré, il a été globalement très décevant en terme de réalisme de l’attaque malienne. Le but de Salif Coulibaly d’une tête rageante sur un centre de Sory Ibrahim Bangoura reste l’un des rares moments d’enthousiasme dans ce match pour les Rouges, (73è min, 2-1).

Dominateur au retour des vestiaires, le Djoliba n’avait pas vu ses efforts offensifs récompensés jusque là. Le coup de tête manqué de Mahamane Cissé sur un centre d’Idrissa N. L. Traoré, (46è min), puis les ratages coup sur coup du même Boubacar Bangoura, (57è et 59è min) illustraient bien le manque de percussion et d’imagination de la ligne d’attaque des Rouges. Le jeu devient un peu plus compliqué lorsque le coach du Djoliba fit sortir son véritable meneur de jeu, Samba Diallo. Déjà les jeunots Idrissa Naman Laïco Traoré et Mahamane Cissé avaient cédé leurs places aux vieux briscards Lassine Diarra et Janvier Abouta visiblement en manque de fraicheur physique et de souffle pour tenir la dragée haute au défi physique imposé par les Léopards.

Les visiteurs resserrent leurs rangs et offrent un beau combat, dans lequel ils commettront de petites erreurs fatales, sur lesquelles leurs hôtes manquaient de façon criarde de réponses. Hésitant, ratant des ballons, le Djoliba est mis en difficulté par la pression des Fauves de Dolisie. Le capitaine Issa Traoré et ses partenaires peinent à reprendre leurs esprits et leur jeu devant des Léopards engagés, courageux, compétiteurs jusqu’au bout, qui parviendront à remettre les pendules à l’heure par Ngouelou Seda Héritier, (87è min, 2-2).

Avec des joueurs plus vaillants et déterminés, l’équipe congolaise s’offre un peu d’air avec ce précieux nul en terre malienne. Mauvaise soirée en revanche pour les pensionnaires de Hèrèmakono qui ont cruellement manqué de solutions offensives sur la pelouse. Et pour assombrir un peu plus l’avenir des Rouges, Idrissa Traoré dit Essien qui a écopé d’un deuxième carton, ne sera pas de la dernière bataille prévue ce week-end à Dolisie.

Mais les Rouges ne doivent pas désespérer. Le hold-up est bien possible au Congo. Ils doivent continuer à travailler en espérant que ça tourne en leur faveur. Sinon cette énième contre performance face aux mêmes adversaires, est vraiment dur à encaisser. Et de rappeler que l’objectif de remporter cette fois un premier trophée continental, est toujours intact pour Hèrèmakono.

M. N. TRAORE


Dimanche 18 novembre au stade du 26 Mars

Djoliba-AC Léopards du Congo : 2-2

Buts d’Alou Bagayoko, (35è min sp) et Salif Coulibaly, (73è min) pour le Djoliba; Kivouri Rochel Fernand, (20è min) et Ngouelou Seda Héritier, (87è min) pour AC Léopards.

Arbitrage de Daniel Bennett (Afrique du Sud) assisté de Enock Molefe et Thusi Siwela. Commissaire : Badara Sène (Sénégal).

Djoliba : Aly Yirango, Issa Traoré (cap) Sory I Bangoura, Salif Coulibaly, Mohamed Oumar Konaté, Samba Diallo, (Seydou Diallo) Idrissa Traoré, Alou Bagayoko, Mahamane Cissé (Janvier Abouta) Boubacar Bangoura et Idrissa Naman Laïco Traoré (Lassine Diarra).
Entraîneur : Alou Badara Diallo.

AC Léopards : Lutudu Dulé, Nzanga Mombo Ulrich, Moudouwo Ndounga, Magnokélé Bisiki ; Bhebey Ndey Rudy (cap) Kivouri Rochel Fernand, (Okakas Otolo Renauld) Ntela Kéléma, (Biné Dramé) Gandzé Cesair, Mangoumina Childran, Kombo Pounguis, (Ngouélou Seda Héritier) et Lakolo Preston Herman.

Entraîneur : Omog Joseph Marius.

———————————————————-

ILS ONT DIT…

Hamèye Founè Mahalmadane, ministre de la Jeunesse et des Sports du Mali : «Ce soir (dimanche, ndlr) nous avons assisté à une belle finale même si le résultat n’a pas été favorable au Djoliba. Pour moi, rien n’est encore perdu parce qu’il reste le match retour que le Djoliba peut gagner. Personnellement, je reste optimiste pour la suite et je demande à tous les autres supporters d’être patients et de croire encore aux chances du Djoliba »

Rémy Ayayos Ikunga, président de l’AC Léopards : «Je suis évidemment fier de mon club vu le match qu’ils ont produit ce soir (dimanche, ndlr), mais pour l’instant je préfère ne pas m’emballer avant le match retour. On sent le paradis mais on n’y est pas encore. Dans cette compétition nous n’avons pas souvent été favorisés par le tirage au sort. Nous avons rencontré les grosses cylindrés du football africain comme le CS sfaxien de Tunisie, Heartland du Nigeria, le Club africain de Tunisie, le Wydad du Maroc et le Stade malien. Il y a aussi Al Merreikh du Soudan que nous avons croisé en demi-finale. Cela prouve que nous avons une bonne équipe qui peut écrire une nouvelle page de l’histoire du football congolais».

Alou Badra Diallo, entraîneur du Djoliba : «Nous avons manqué de réalisme et de concentration en défense. Si nous avions concrétisé nos premières occasions, nous aurions fait la différence avant la mi-temps. Aujourd’hui, nous avons manqué de réalisme comme d’habitude devant les buts et ensuite comme d’habitude nous prenons des buts sur des erreurs d’inattention. Les occasions, on les a eu mais on les a ratées. Je suis impuissant devant la façon dont les occasions ont été ratées. C’est inexplicable. Le score de 2-2 est inquiétant mais nous sommes capables d’aller gagner à l’extérieur. Il faut que les jeunes comprennent que le football, c’est marquer des buts».

Mohamed O. Konaté, défenseur central du Djoliba : « Il ne faut pas dramatiser la situation. C’est vrai qu’on on a fait 2-2 chez nous mais ce n’est pas la fin du monde. C’est un match de football. C’est maintenant qu’on a besoin du soutien, de l’apport de tout un chacun. On a vu des grandes équipes faire nul et renversé la situation au retour. Notre équipe souffre de problème d’efficacité devant les buts. On a en parlé entre nous. Mais je pense que ça arrive même aux grands joueurs. On va se remettre au travail. Je pense qu’on peut faire un bon résultat au Congo».

Omog Joseph Marius, entraîneur de l’AC Léopards : «L’équipe congolaise n’est pas encore bien partie. Parce qu’il reste un match que nous devrons jouer le week-end prochain. Nous n’avons pas pris d’avantage. Les deux équipes se connaissaient bien. Tout le monde s’attendait à un très bon match. C’étaient deux bonnes équipes qui étaient dans la même poule. On savait que le Djoliba allait nous causer des problèmes. On s’est préparé en conséquence. On a géré le match petit à petit. Au fur et à mesure que le match se déroulait, on faisait la pression et on se montrait dangereux. Nous allons sérieusement nous préparer pour le match retour. Rien n’est encore gagné».

Bhebey Ndey Rudy Guelord, capitaine de l’AC Léopards: «Ça été un bon match. Les deux équipes se valent et elles étaient toutes tactiquement et techniquement bien en place. Ce soir (dimanche, ndlr), nous avons fait une belle finale aller. Je suis optimiste pour le match retour. Lors de la phase des poules, nous avons fait deux matches nuls ici et nous avons gagné les deux matches au retour. Je respecte l’adversaire parce que c’est une grande équipe. Je suis optimiste pour la victoire car chez nous, nous sommes imbattables».

Propos recueillis par

L. M. DIABY

D. COULIBALY

L’Essor du 20 Novembre 2012