Partager


Après avoir décroché un précieux nul à Tunis, le 13 juillet dernier contre le Club africain de Tunis en huitièmes de finale aller de la Coupe de la Confédération Africaine de Football (CAF), le Djoliba AC de Bamako recevra son homologue de la Tunisie dimanche prochain en match retour.

Pour bien préparer cette rencontre capitale, Alou Badra Diallo (entraîneur du Djoliba AC) et ses poulains sont en regroupement au Centre sportif d’élite Ben Oumar Sy de Kabala. Le seul mot d’ordre d’Alou et ses joueurs est de gagner ici afin de poursuivre leur aventure en matches de poule. Il nous livre ici son plan de bataille.

Le Républicain : Le dimanche prochain sera marqué par les matches retour des 1/8è de finale de la Coupe de la Confédération Africaine de Football (CAF). Comment préparez-vous ce match retour ?


Alou Badra Diallo :
On le prépare comme les autres matches qu’on a eus à livrer contre les Gabonais et les Guinéens. On le prépare dans le plus grand sérieux, avec beaucoup de sérénité.

En sachant que ce match est d’un autre niveau par rapports aux matches qu’on a livrés. C’est une autre pression. La pression d’avoir la qualification. Cette qualification est très importante pour un Club, pour un pays, parce que ça donne la possibilité au pays de glisser un ou deux représentants ou plus dans la compétition continentale.

Ensuite sur le plan financier et sur le plan palmarès, c’est important pour le club et les joueurs. C’est vraiment un match capital. Mais il reste dans le cadre d’un match de football. C’est un match à trois points, donc, il faut gagner. C’est pourquoi nous sommes ici à Kabala pour rester sereins et nous préparer comme on a fait lors des autres matches.

Yahiya Coulibaly ne jouera pas pour avoir écopé de deux cartons jaunes. Mais, il y aura le retour de Seydou Traoré, Guimbala Tounkara et bien d’autres. Pensez-vous qu’ils peuvent être d’un apport décisif dans ce match retour?

D’abord, la perte de Yahiya Coulibaly va nous handicaper un peu, parce que c’est un avant-centre qui est grand de taille, qui dérange beaucoup les défenseurs, qui bouge énormément, qui a un potentiel de jeu de tête important. Donc, ça va nous manquer sur ce plan surtout qu’on n’a pas d’attaquants de grande taille.

Il y a Seydou Traoré aussi qui reprend. Il ne va pas être trop compétitif, mais il a travaillé beaucoup cette semaine pour qu’il puisse tenir au moins quelques bonnes minutes. Guimbala Tounkara également est opérationnel. C’était une blessure de la cheville qu’il avait. Il a travaillé d’arrache pied pendant deux semaines. Leur retour est une très bonne chose, car ça va gonfler notre effectif et c’est tant mieux pour nous.

En plus de ceux-ci, on peut s’attendre à Ségamadi. Il n‘a pas fait de match, mais il s’entraîne beaucoup. C’est un meneur de jeu qui nous manquait, il y a longtemps. Heureusement pour nous, Lamine Diawara était-là pour prendre sa relève. Il faut dire qu’il est actuellement un des éléments essentiels du club.


A travers les résultats obtenus ces derniers temps par le club, peut-on dire que l’arrivée de Alou Badra Diallo a été salutaire pour le Djoliba ?

Ce n’est pas à moi de vous le dire. Mais, quand je suis venu, j’avais des objectifs. Ces objectifs, je ne les ai pas atteints d’abord. Je ne suis qu’à mes débuts. Au Djoliba, je n’ai rien prouvé, je n’ai rien fait. Donc, je prie le bon Dieu pour qu’il exhausse mes vœux, m’aide à réaliser mes objectifs qui sont le championnat, la qualification à la Coupe Africaine et peut être aussi la Coupe du Mali. On n’a rien eu d’abord. Donc restons calmes, il ne faut pas s’enflammer, rien a été fait. On prie le Bon Dieu pour que ça marche.


Quels sont vos atouts pour remporter le match contre le Club africain de Tunis ?

Mes atouts, c’est que j’ai à ma disposition un groupe de jeunes talentueux, composé de joueurs expérimentés (qu’on ne peut pas dire vieux, mais qui ont joué un peu longtemps). Cet amalgame de jeunes et de joueurs expérimentés nous a fait beaucoup de bien. Ensuite, c’est un groupe qui est extraordinaire, qui est très discipliné. Au départ, on ne s’était pas compris, mais on s’est compris maintenant.

Et surtout qu’il y a une envie d’aller de l’avant chez les joueurs. Chacun des joueurs a pour objectif de faire rentrer le Djoliba dans les matches de poule, pour avoir un nom.

Ensuite, eux-mêmes, pour décrocher certains contrats pour l’extérieur, on ne sait jamais. Aujourd’hui dans le football, il faut être ambitieux. Donc, ce sont des jeunes ambitieux : ils ont la force, ils ont envie de gagner. On n’a pas vraiment de problème ; on est un groupe soudé et uni. Actuellement, on est sur une bonne lancée, mais il ne faut pas lâcher. Et je prie le bon Dieu pour que cela continue jusqu’à la fin de la saison.

Avez-vous des arguments pour rassurer vos nombreux supporters ?

Je lance un appel à tout le peuple malien. Je dis à tout le monde sportif malien, tous ceux qui s’intéressent de loin ou de près au football, sympathisants et supporters du Djoliba de sortir massivement. Je lance également un appel à la presse dont le rôle est incontournable. Tout ce que je veux, c’est que le peuple malien fasse des bénédictions pour nous. Avec l’aide de Dieu, on aura la qualification.


Propos recueillis

par Hadama B.Fofana

24 Juillet 2008