Partager

Sur décision de la confédération africaine de football (CAF), le football malien disposera l’année prochaine de quatre représentants en Coupe Africaine Inter Clubs. Toute chose qui confirme la bonne santé du football malien au niveau local. La tâche revient au Djoliba AC, le dernier représentant malien, de confirmer la tendance en dominant le Chabab Riadhi de Belouizdad au tour de cadrage.

Le fait est si important, et mérite d’être apprécié à sa juste valeur. Pour la première fois depuis la forme actuelle des coupes africaines inter club, le football malien vient d’obtenir un quota de quatre représentants. Suivant une décision de la CAF qui a été notifiée à la fédération malienne de football en début de semaine, le Mali aura désormais deux représentants dans la prestigieuse ligue des champions et autant en coupe CAF.

C’est dire que le championnat national du Mali a été ainsi revalorisé et placé sur la même longueur que les grands championnats africains comme ceux de l’Egypte, de la Tunisie, notamment dont les clubs ont dominé ces derniers temps les compétitions africaines de la catégorie. Le championnat malien figure désormais au rang des douze meilleurs du continent.

Cette décision s’explique par la grande audience dont jouissent nos responsables fédéraux actuels auprès de la confédération africaine de football. Puis, le football malien, à travers le Stade malien est encore détenteur de la Coupe de la Confédération. Dans la foulée, le Mali a obtenu sa première qualification pour la phase finale du championnat d’Afrique des nations, décerné aux joueurs des championnats locaux. Le Djoliba AC est bien lancé pour offrir une deuxième qualification au football malien dans la phase de poules de la Coupe CAF.

Avec ce nouveau quota, la lutte s’annonce plus que jamais acharnée pour les troisième et quatrième places du championnat national. Car les deux premières places reviendront ou au Stade malien de Bamako, leader actuel, ou au Djoliba AC, son poursuivant immédiat.

Les deux clubs sont dans tous les cas qualifiés pour la ligue des champions.
En attendant, les Rouges de Bamako qui restent les seuls représentants seront aux prises le samedi prochain avec le club algérien du Chabab Riadhi de Belouizdad (CR Belouizdad). Celui-ci a obtenu son ticket pour ce tour de cadrage de la CAF en venant à bout de la modeste formation soudanaise d’Amal Atbara. Alors que les nôtres, après avoir été éliminé de la ligue des champions par TP Mazembé, ont été reversés dans la coupe CAF.

Ainsi, c’est la troisième fois que l’équipe du président Karounga Kéita est reversée dans le tour de cadrage. Dans les deux cas précédents, en 2008 face au Club Africain de Tunis et en 2009 contre l’Entente Sétif d’Algérie, les Rouges ont échoué de peu à rentrer dans la phase de poule. Il faut espérer que cette troisième fois soit la bonne. Si bien qu’à priori, le Djoliba AC qui semble sortir d’une turbulence a les moyens de sortir de son double face au Chabab et continuer l’aventure dans une coupe détenue par le Stade malien de Bamako.

Depuis le limogeage de l’entraineur Michel Kigoma, à la suite des récentes contre performances qui ont couté au club son leadership en championnat national, l’équipe s’est réveillée avec un double succès en championnat national face à l’AS Réal et au Stade malien de Sikasso battus respectivement sur le score de 1-0, et 3-0.

Au passage, sous la commande du duo Bréhimablen Traoré et Harouna Macalou, l’équipe fait preuve de grandes valeurs sportives appréciables. Dès lors, on voit mal que la ligne d’attaque tenue par Ousmana Cissé, Yahya Coulibaly et Alou Bagayoko, ne puisse faire trembler au nombre de fois suffisante les filets de l’équipe visiteuse. De celle-ci, il n’y a semble t-il pas grande chose à craindre. Sauf qu’elle contient les caractéristiques traditionnelles du football arabe basé sur la technicité et la vivacité.

Quel qu’en soit, tout porte à croire que l’équipe djolibiste, adossée à un public des grands jours, dispose des moyens de se faire une marge de sécurité en attendant le match retour, deux semaines plus tard en terre algérienne.

Souleymane Diallo

15 Juillet 2010.