Partager

La Guinée équatoriale mène « des recherches intensives partout » dans le pays pour traquer les « mercenaires » à l’origine du « coup d’Etat » que Malabo a annoncé mercredi avoir déjoué, a indiqué vendredi à l’AFP un haut responsable du régime. « On mène des recherches intensives partout », a déclaré à l’AFP sous couvert d’anonymat ce responsable joint depuis Libreville, soulignant une « accalmie relative » de la situation. Les recherches sont concentrées dans « la zone d’Ebibeyin et autres forêts environnantes », mais aussi « dans des localités où ils se seraient infiltrés », à Bata, Malabo, Ebibeyin et Mongomo, a-t-il ajouté. La même source a souligné une « absence de précision sur le nombre exact de mercenaires » encore « infiltrés » en Guinée équatoriale. Jeudi, les Nations Unies ont indiqué d’un émissaire de l’ONU se rendrait en Guinée équatoriale la « semaine prochaine » pour des entretiens. Ebibeyin, ville située au carrefour des trois frontières entre le Cameroun, le Gabon et la Guinée équatoriale, a été le théâtre mercredi d’affrontements entre l’armée et des « mercenaires », faisant un mort parmi ces derniers, selon Malabo.Le même jour, la Guinée avait annoncé avoir déjoué un « coup d’Etat ». Selon un communiqué, un groupe de mercenaires étrangers – en majorité tchadiens, mais aussi soudanais et centrafricains – a voulu le 24 décembre « attaquer le chef de l’Etat qui se trouvait dans le palais présidentiel de Koete Mongomo pour les fêtes de fin d’année ».AFP