Partager

La Mauritanie traverse l’une des plus grandes crises politiques de son histoire, en raison du coup d’Etat militaire à la suite duquel le président mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi démocratiquement élu et son premier ministre Yahya Ould Ahmed Waghf ont été arrêtés. Cette crise, dont les généraux limogés sont accusés d’être les instigateurs, a largement fragilisé la Mauritanie.

Pour dénoncer cette «prise en otage» de la démocratie mauritanienne, le président du Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD), M. Ahmed Ould Sidi Baba, accompagné pour la circonstance de Ba Boubakar Moussa, a tenu à rencontrer le Parti pour la Renaissance Nationale (Parena). M. Ahmed Ould Sidi Baba qui voit à travers le Parena, un allié de taille, sollicite son appui dans la lutte que son peuple mène pour le retour de la démocratie en Mauritanie.

La rencontre qui a eu lieu au siège du Parena était placée sous l’égide de M. Tiébilé Dramé, président du parti du Bélier blanc, en présence des membres du bureau.

Dans son mot de bienvenue, M. Dramé a remercié la délégation mauritanienne qui place ainsi sa confiance en son parti. «Nous sommes très heureux de vous recevoir dans nos locaux. Votre résistance est digne d’éloges. Nous nous engageons à vous soutenir et à vous accompagner dans votre noble combat pour la démocratie, parce qu’il est aussi le nôtre. Si vous arrivez à vos fins, ce serait une occasion pour décourager les putshistes en Afrique. Rassurez-vous, au Mali, vous avez beaucoup d’amis dans les partis politiques, car nous sommes nombreux à croire que la démocratie ne peut pas être mise entre parenthèse dans votre pays», a déclaré M. Tiébilé Dramé.

Prenant la parole, Ahmed Ould Sidi Baba a tout d’abord remercié le Parena pour l’accueil qui lui a été réservé. Il a ensuite indiqué qu’il ne doute pas un seul instant du soutien du parti du Bélier blanc. Il a ajouté que le Front qu’il dirige est prêt à se battre pour faire échec aux putshistes. «Vaille que vaille, nous ferons échec à ce coup d’Etat militaire. C’est une honte de faire croire à l’opinion internationale que le peuple mauritanien approuve le coup d’Etat. Dire que le peuple mauritanien applaudit les putshistes, c’est un grand mensonge. Car, la majorité des forces politiques et des leaders d’opinion s’oppose à ces pushistes», a-t-il précisé.

Il est à noter qu’au lendemain du coup d’Etat orchestré par la junte militaire en Mauritanie, des manifestants étaient sortis dans les rues de Nouakchott pour dénoncer le putsch et pour réclamer le retour du président déchu Sidi Cheikh Ould Abdallahi.

Il faut par ailleurs relever que le putschiste qui est l’ex-chef de la Garde présidentielle, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, n’en est pas à son premier coup d’Etat. Le général était déjà commanditaire du putsch du 3 août 2005 qui avait renversé, sans verser une goutte de sang, le président mauritanien d’alors, Maaouiya Ould. Mohamed Ould Abdel Aziz avait fait partie du Conseil militaire de transition qui avait conduit, de 2005 à 2007, la transition démocratique en Mauritanie.

Espérons que l’Etat de droit reviendra dans ce pays frère et ami du Mali.


B.L

31 Octobre 2008