Partager

Le Mouvement populaire du 22 Mars (MP 22 mars) a animé une conférence de presse, le 26 mars au siège de la radio Kayira. Objectif, expliquer à l’opinion publique et internationale son soutien au CNRDRE. La conférence de presse était animée par Dr Oumar Mariko, avec Pr Rokia Sanogo, Mohamed Tabouré et Adam Traoré.

Le Mouvement populaire du 22 mars compte en son sein une soixante de partis et mouvements politiques, associations, alliances, fora, réseaux de communication et alliances. Dans sa déclaration liminaire, Dr Oumar Mariko a confié aux hommes des médias que parler de la tenue des élections à la date du 29 avril, comme annoncé par ATT et son gouvernement, était tout à fait illusoire.

Selon lui, il y avait beaucoup de scepticisme dans l’opinion publique. «Nous étions convaincus qu’aucune élection n’allait avoir lieu à cette date. Aussi, Sadi avait-il averti que la société civile devait se réunir pour voir ce qu’ensemble on devait faire. Mais, entre temps, il y a eu la marche des femmes des camps et celle des enfants des militaires de Kati. Finalement, c’est un coup d’Etat qui est venu balayer le régime d’ATT» a-t-il soutenu.

Dr Oumar Mariko a, ensuite, rappelé la similitude qui existait entre le 22 mars 1991, date à laquelle les scolaires se sont soulevés contre le régime dictatorial de Moussa Traoré et le 22 mars 2012, où les militaires se sont soulevés contre le régime corrompu d’ATT. Avant de souligner qu’ils sont nombreux ceux-là qui ne se reconnaissent plus dans le mouvement démocratique, à cause de tous les maux qui minent notre pays aujourd’hui et qui ont pour noms népotisme, corruption, délinquance financière, clientélisme, pour ne citer que ceux-là.

Le coup d’Etat, a-t-il martelé, est une réponse à un dérapage de notre démocratie. «Il faut que tout ce qui n’a pas été fait se fasse désormais. La résolution du conflit du nord devient, dès lors, un préalable», a-t-il conclu. Après l’intervention d’Oumar Mariko, Mohamed Tabouré, plus connu sous le nom de SANFIN, a lu la déclaration du Mouvement populaire du 22 mars 2012.

Elle stipule, entre autres, que «Contrairement à toutes les voix pseudo démocratiques qui crient au coup d’Etat, qu’elles qualifient «d’inutile» ou «de retardataire» et appellent en conséquence à rétablir l’ordre constitutionnel et à tenir les élections dans les plus brefs délais, nous proclamons que le coup d’état du 22 mars 2012 est un courageux sursaut politique et militaire.

Un sursaut national salutaire des forces saines et patriotiques de l’armée malienne pour débarrasser le Mali et sa démocratie de la gangrène des généraux capitulards et de l’élite politique corrompue, qui ont conduit le pays à la faillite et vers sa partition. Ce même sursaut est salutaire pour annuler les projets illégaux et illégitimes de référendum constitutionnel et les élections sous occupation et sans issue».

L’objectif du Mouvement populaire 22 mars 2012, selon la déclaration, est de soutenir la dynamique de rupture et de changement déclenchée par le CNRDRE, de veiller à l’approfondissement du processus démocratique, d’appuyer le CNRDRE dans toutes ses actions d’assainissement de l’administration nationale, dans la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite et, enfin, de le soutenir dans la résolution du problème au nord du Mali.

Enfin, le MP22 met en garde contre toute ingérence étrangère tendant à détourner le peuple malien de ses objectifs de développement politique, économique, social et culturel et lance un appel à tout le peuple malien, de l’intérieur et de l’extérieur, à s’organiser en un mouvement populaire.


Pierre Fo’o Medjo

29 Mars 2012