Partager

Lors du coup d’État du 22 mars 2012, le palais présidentiel de Koulouba fût investi par un groupe de soldats. En quelques heures, ce haut lieu de la République a été pillé par les nouveaux occupants. Aujourd’hui, il semble que la Sécurité d’État a (enfin) décidé de récupérer les biens de l’État volés à Koulouba.

En effet, le mercredi 21 mars 2012, les Maliens étaient sous le choc en apprenant qu’un groupe de soldats s’était soulevé à Kati. Après avoir cassé les portes des magasins d’armement, les mutins se dirigent droit vers le palais présidentiel de Koulouba. Ils sont couverts par des engins lourds, notamment deux BRDM.

Le palais est soumis à d’intenses tirs de ces engins de guerre et d’obus.

L’intention des mutins étaient claire : éliminer physiquement le président Amadou Toumani Touré. Celui-ci et sa famille n’ont eu la vie sauve que grâce à la baraka divine…Ils sont évacués à temps par les éléments de la garde présidentielle. Cependant, les lieux (le palais, ses annexes et les services de la présidence) sont tous pris d’assaut dans l’après midi par les mutins. Dès lors, ce fût un véritable « festival de brigands » comme le disait le président Modibo Keita.

En effet, les pilleurs ou mutins s’en donnent à cœur joie. La résidence privée du président de la République est systématiquement pillée. Les effets personnels de la famille présidentielle sont emportés. En effet, les nouveaux maîtres des lieux ne laissent aucun objet de valeur sur place : bijoux, argent et habits sont emportés. Ce n’est pas tout. Les pilleurs se dirigent ensuite vers les annexes du palais, les garages et certaines structures et/ou services de la présidence, dont le secrétariat général de la présidence. Tel un tsunami, ces lieux sont dévastés….

Butin de guerre

Au niveau des garages, des dizaines de voitures du parc présidentiel sont dérobés. Dans le lot, il y avait des véhicules offerts au Mali par la Chine, lors de la célébration du cinquantenaire. Le président ATT veillait personnellement sur la bonne gestion de ce patrimoine de l’État.

Quelques jours plus tard, certains de ces véhicules étaient visibles dans les rues de Bamako, avec à bord des soldats qui paradaient à travers la ville. Ces soldats étaient visiblement fiers d’exhiber leur… butin de guerre.

Ailleurs, d’autres véhicules volés à Koulouba auraient pris la direction de certains pays voisins, pour être écoulés. Aujourd’hui, il semble que la Sécurité d’État a engagé une vaste opération dont l’objectif serait de récupérer tous ces véhicules de l’État volés lors du pillage du palais de Koulouba, consécutif au coup d’État. il semble cette opération s’est soldée par la récupération de plusieurs voitures volées. Bien que d’autres sont encore dans la nature…

Et les biens personnels de la famille d’Amadou Toumani Touré ? Sont-ils concernés par cette opération de la Sécurité d’État ? Et les auteurs de ces vols ? Resteront-ils impunis ?

L’État malien engagerait-il un jour des poursuites contre ceux qui délibérément ont attaqué ce haut lieu de la République ?

Aujourd’hui encore le palais de Koulouba reste occupé par un groupe de militaires, dont certains étaient là, dès les premières heures du coup d’Etat. Ces soldats sont-ils au service de qui ? Ils doivent en savoir suffisamment sur le pillage. Alors…

C.H. Sylla

L’Aube du 1 juil 2013.