Partager

Mais généralement, les clients se plaignent de la qualité de ces eaux car, il n’est pas rare d’y voir de petites particules. La triste réalité est que la plupart des patronnes se moquent des conditions dans lesquelles leurs bonnes remplissent les sachets.

Ainsi, elles ne savent pas si le sceau utilisé est propre ou pas, si les deux mains de la bonne sont soigneusement lavées avec du savon ou pas. Le plus important pour elles, c’est que l’eau soit vendue et que l’argent leur soit versé. Elles doivent savoir que la santé de la population dépend d’elles.

Dado CAMARA

06 mai 2008