Partager

Pour citer quelqu’un qui veut prendre IBK au mot : « il y a eu des actes anti républicains de posés par ceux-là mêmes chargés de veiller à ce que cela ne soit, ils sont connus alors. Et puis le ‘’4 étoiles’’ doit être mis à la retraite d’office et le Comité de suivi de la reforme dissoute, avec effets immédiats. Diriger le Mali commence par maîtriser Bamako et Kati ».IBK aura-t-il les coudées franches pour maîtriser Bamako et Kati, afin de diriger le Mali. Et afin que Kidal redevienne malien ?

En reconduisant dans son gouvernement deux ministres ayant participé au coup d’Etat du 22 mars 2012, et tous deux, ancien directeur de Cabinet du Capitaine, chef de la junte qui a perpétré le coup d’Etat, le Président élu et investi de la légitimité populaire, n’a-t-il pas montré ses limites ?

Une limite qui continuera de cultiver dans l’esprit des frères d’armes du Cnrdre, qu’IBK est le Leur et qu’il ne saura jamais se départir d’eux. Après tout, n’a-t-il pas été proclamé présumé Président dès le premier tour ?

Et qui vous a fait Roi ?

Une autre limite, celle cultivée dans l’esprit d’IBK lui-même, suivant le complexe selon lequel l’Enfer, c’est les Autres. Les Autres étant ce conglomérat militaro-religieux. Toutes choses faisant qu’IBK risquera de compter avec un deuxième Capitaine dans le bateau et même un troisième, et de leur faire la place au poste de Commandement.

Le limogeage du chef du Comité militaire de suivi de la Reforme de l’Armée par le Président de la transition, après l’avoir nommé au grade de Général, puis la dissolution pure et simple de ce Comité militaire par le Président élu, n’aurait de signification aux yeux de soldats révoltés que s’il y a des nominées au registre de la retraite. Savoir raison garder et prendre la mesure des choses. Qui est le vrai fauteur de troubles, l’incitateur en chef des troubles au sein de l’armée ?

Les gradés, les déboutés au grade ou les distributeurs de grade controversés ?

B. Daou

Le Républicain du 3 Octobre 2013