Partager

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé, mardi 1er octobre, avoir émis un mandat d’arrêt contre l’Ivoirien Charles Blé Goudé. Arrêté le 17 janvier à Accra, l’ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo a été inclupé par la justice ivoirienne de « crimes de guerre », mais aussi d' »assassinats, vols en réunion, dégradation et destruction de biens d’autrui ».

La Cour pénale internationale (CPI) a rendu public, mardi 1er octobre, l’existence d’un mandat d’arrêt international pour meurtre, viol, persécution et autres actes inhumains pesant contre l’Ivoirien Charles Blé Goudé.

Ce mandat avait été émis sous scellés le 21 décembre 2011 par la CPI. Le gouvernement avait évoqué l’existence d’un tel acte, le 27 septembre. « Nous n’avons pas encore, au niveau du gouvernement, statué sur le cas Blé Goudé. C’est lorsque la CPI lève le mandat d’arrêt, le rend public, qu’elle demande à un État le transfèrement de la personne visée par ce mandat d’arrêt », avait déclaré le ministre de la Justice Gnénéma Mamadou Coulibaly.

« Lapsus »

Le porte-parole du gouvernement Bruno Koné, par ailleurs ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, qui avait dans un premier temps évoqué un « lapsus » du ministre de la Justice, a ensuite usé du conditionnel pour ce dossier. « Il semblerait qu’il y ait un mandat d’arrêt de la CPI qui n’est pas rendu public. C’est seulement quand il le sera que le gouvernement réagira sur le sujet », a-t-il déclaré.

L’ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo a été inculpé le 21 janvier de « crimes de guerre » mais aussi d’ « assassinats, vols en réunion, dégradation et destruction de biens d’autrui ».

01/10/2013 à 12:34

Jeuneafrique.com(Avec AFP)