Partager


La Société d’équipement du Mali (Séma-SA) a été admise à la cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières de l’Afrique de l’Ouest (BRVM) avec un emprunt de 6,85 % sur la période 2007-2012 pour un montant de 5 milliards de F CFA. La cérémonie officielle de son entrée comme première entreprise non bancaire du Mali à la BRVM s’est déroulée le 11 février à Bamako.

La Séma-SA a des besoins importants en capitaux à court et long terme pour financer ses activités de logements sociaux au compte de l’Etat. Le DG de la BRVM, Jean-Paul Gillet, a souligné que le recours à l’épargne publique n’est pas chose aisée dans la sous-région.

Il existe de nos jours 36 sociétés de la sous-région qui sont cotées à la BRVM. La Banque de l’habitat du Mali (BHM) et la Banque nationale de développement agricole (BNDA), pour le Mali, sont dans ce lot. En tant qu’entreprise non bancaire, la Séma-SA est la première société de notre pays à les rejoindre.

Cet emprunt, aux dires du PCA de la Séma-SA, Idrissa Coulibaly, est le fruit d’un partenariat entre l’Etat et le secteur privé dans le cadre du financement par la Séma-SA de 406 logements sociaux. Il est aussi, selon lui, le signe d’une confiance que les responsables de la BRVM portent à sa société. Un millier d’autres logements seront bâtis à Kati en 2007-2008.

La construction de logements sociaux par des privés, a indiqué pour sa part, le PDG de l’Office malien de l’habitat (OMH), Moussa Baba Diarra, s’est déroulée à la satisfaction de l’Etat. Selon lui, l’emprunt obligataire est un bon créneau qui doit inspirer les promoteurs immobiliers pour minimiser les risques et les charges.

Ce partenariat, selon M. Diarra, va se renforcer avec la construction de 1178 logements sur un programme immobilier de 6000 maisons.

Abdrahamane Dicko

14 février 2008.