Partager

Ayant échoué dans l’illégalité masquée, Apollinaire Compaoré, l’adjudicataire de la 3ème licence de la téléphonie globale veut entraîner le ministre de l’Economie et des finances, Tiéna Coulibaly ainsi que le Vérificateur Général, (Vgal) Amadou Ousmane Touré dans une corruption à ciel ouvert.

Après avoir appris que le Vérificateur Général s’intéresse désormais au dossier, dite affaire de la 3ème licence, Apollinaire Compaoré a effectué récemment une visite en catimini à Bamako. L’objectif, démarcher les banques de la place pour lui accorder un prêt afin de payer les 22,1 milliards de F CFA environ qu’il doit à l’Etat malien. Celles-ci étant réticente face à la tournure qu’a pris le dossier n’ont pas donné de suite favorable aux requêtes du burkinabè Apollinaire. As dans les acrobaties sournoises, le sieur Compaoré serait entré en contact avec le Vérificateur Général, Amadou Ousmane Touré. A l’en croire, ce dernier lui aurait rassuré que le rapport qu’il publiera dans ce mois de juin lui sera favorable. Ragaillardi par cette assurance, l’adjudicataire qui défie tous les textes du Mali a élargi son champ.

A cet effet, il aurait eu un entretien avec le Ministre de l’Economie et des finances, Tiéna Coulibaly. Selon les mêmes sources, notre super ministre n’a su résisté aux pleurnicheries d’Apollinaire Compaoré. De sources concordantes, le Ministre Coulibaly aurait demandé à son client d’attendre le rapport du Vérificateur. Une fois ce rapport favorable à sa cause, en violation du cahier de charge, le ministre de l’Economie entend proroger le délai de paiement du reliquat de la 3ème licence. A-t-il été soudoyé ?

Ce qui est sûr à la date d’aujourd’hui, l’Etat n’a reçu aucun centime venant d’Apollinaire. Donc, le paiement d’une première tranche au compte de cette licence ne relève que de l’imaginaire et du dilatoire. Admettons que cela soit vrai, la date butoir pour le règlement du reste de la facture était fixée au 13 mai dernier. Mais jusqu’à hier mercredi 12 juin, l’adjudicataire n’a pas pu s’exécuter.

Au lieu d’annuler purement et simplement cette attribution, M. Compaoré s’adonne à un jeu de micmac avec les autorités de transition qui ne sont pas des exemples en matière de passation de marché de l’Etat. Le cas du marché de véhicule pour l’équipement de l’armée en est une parfaite illustration.
Rappelons que d’ores et déjà, Apollinaire est convaincu d’avoir enrôlé les autorités proches du dossier dans son jeu.

Il lui reste maintenant à s’occuper du quatrième pouvoir, la presse. Pour ce faire, Compaoré a sollicité le service d’une journaliste célèbre de l’Ortm pour faire taire la presse. Cette dernière sans hésiter, a promis à Apollinaire que ses vœux seront exaucés. Dans cette logique, elle a contacté la Direction de votre journal préféré, « Le Prétoire » pour voir dans quelle mesure on peut fermer les yeux sur l’affaire de la 3ème licence.

Malheureusement, elle s’est trompée de cible car, les responsables de votre journal, « le Prétoire» lui ont répondu que leur entreprise est avant tout une entreprise qui a l’obligation d’informer vrai le peuple et non une marchandise à vendre au tout venant. Votre journal préfère la confiance de ses lecteurs et sa dignité.

Oumar KONATE

14 Juin 2013