Partager

Pour donner sa lecture des conclusions de la conférence des forces vives du Mali tenue à Ouagadougou, au Burkina Faso, la coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam) a organisé, hier, une conférence de presse au siège de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (Cstm).

C’était en présence, entre autres, de Hammadoun Amion Guindo, Dr. Oumar Mariko, Hamèye Founé Mahalmadane, Younouss Hamèye Dicko, Mohamed Tabouré et Me Mamadou Gakou. Hammadoun Amion Guindo a fait état de la concertation à Ouagadougou en citant les priorités de l’intégrité territoriale avec l’appui de la Cedeao en logistique, ainsi que du corridor humanitaire pour venir en aide aux populations du Nord.

Le second point a porté, a-t-il dit, sur la crise institutionnelle, notamment la nomination du Premier ministre de transition, la convention nationale, censée mettre en place les organes de transition, réclamée par la Copam, le mandat du président par intérim et des députés. La Copam s’est opposée à la prolongation du mandat du président par Intérim au-delà des 40 jours et de celle des députés, au mois d’août, jugées anticonstitutionnelles. Il a soutenu que la Copam, lors des concertations à Ouagadougou, avait réuni la majorité des participants à sa cause. Interrogé sur les arrestations de la junte, il a dit : ‘’ il faut rester serein, chacun peut être interpellé. ‘’

Toutefois, a-t-il ajouté, les dossiers doivent être remis à la justice et c’est le droit qui doit être dit. Il a déclaré que le Premier ministre devait mettre en place le gouvernement. Le Dr. Oumar Mariko a soutenu qu’ils ne sont pas allés à Ouagadougou, de gaieté de cœur, mais pour être avec le peuple, à cause de la psychose créée par la pression internationale et certains partis alliés du pouvoir déchu. Oumar Mariko a parlé d’une pénurie fictive qui n’était pas forcément liée à l’embargo. Il a qualifié l’insurrection militaire de légitime, car il est venu, a-t-il ajouté, pour balayer le commandement qui envoyait les militaires à la boucherie. Il a signalé des menaces proférées contre leur mouvement et affirmé qu’il a été victime d’attaques d’agents qui seraient certainement de la sécurité d’Etat. Ils ont entendu aussi, a-t-il assuré, des propos tels que : ‘’ d’ici dimanche le Cnrdre va être liquidé. ‘’

Concernant les arrestations, Oumar Mariko a laissé entendre : ‘’ détenir une arme de guerre, c’est une déclaration de guerre…à la vue de ces armes nous devrions être préoccupés… il a été question du recrutement de mercenaires au Mali, nous devons être vigilants et aider à déterrer les armes.‘’ Hamèye Founé Mahalmadane a fait observer que la détention d’armes est une infraction, donc c’est normal que leurs détenteurs soient interpellés. Il a signalé que la junte avait déclaré qu’il y aura des enquêtes, ‘’ pourquoi donc est-on pressé ? ATT et ceux qui l’ont aidé répondront de leurs actes, ‘’ a-t-il ajouté. Le professeur Younouss Hamèye Dicko a indiqué : ‘’ c’est le peuple de l’armée qui a fait le coup d’Etat et il correspond au peuple. ‘’

Baba Dembélé

Le 20 Avril 2012